« Beaucoup de bruit pour rien » : FC Bruges-PSG vu par la presse

La presse française ne cache pas sa déception au lendemain du partage entre Bruges et Paris pour la grande première du trio Messi-Mbappé-Neymar.

« Beaucoup de bruit pour rien » : FC Bruges-PSG vu par la presse
Vanaken et Neymar lors de la rencontre FC-Bruges-PSG. – BELGA PHOTO BRUNO FAHY

 

C’est un résultat improbable tant l’affiche paraissait déséquilibrée. Mercredi soir, en Ligue des Champions, le Club de Bruges a créé un petit exploit en arrachant le nul (1-1) face au PSG de Messi-Neymar-Mbappé. Cela n’a pas manqué de faire réagir la presse internationale qui les attendait au tournant.

« Fantomatique », titre le journal l’Équipe pour qui la déception est à la hauteur des attentes. « Le club parisien a trébuché à Bruges pour son entrée en Ligue des champions, avec un Messi timide, un Neymar décevant et un Mbappé blessé », ajoute le quotidien français. « Pour sa grande première de la saison dans une Ligue des champions dont il fait office de grand favori, le Paris Saint-Germain a renoué avec ses plus ancestrales traditions et a sorti à Bruges un match absolument immonde », estime de son côté So Foot.

Le Parisien est témoin du « calvaire » vécu par le PSG sur la pelouse du stade Jan-Breydel. « Ce match aura peut-être permis à Paris de voir ce que serait aussi une partie de sa saison, du prix qu’il faudra savoir payer face à des adversaires qui, face à une armée de stars, auront tous le mors aux dents. »

Eurosport pointe quant à lui un trio offensif « brouillon », sans épargner le reste de l’équipe. « Avoir des stars, ça peut faire la différence. Mais si les Parisiens ne mettent pas le bleu de travail, ça ne servira à rien. »

« Un sérieux avertissement »

En Espagne, où le départ de Lionel Messi a du mal à être digéré, la presse n’est pas non plus tendre avec les hommes de Mauricio Pochettino. « Beaucoup de bruit pour rien », titre Marca qui encense le trio Lang-De Ketelaera-Vanaken, « plus dangereux que le trident Messi-Mbappé-Neymar » mercredi. « La plus grande constellation d’étoiles de la planète football a traversé le gazon du Jan Breydelstadion sans briller », ajoute le quotidien sportif espagnol, précisant que l’entraîneur des Parisiens a « du pain sur la planche ». « Il faut assembler toutes les pièces. Les étoiles ne brillent pas simplement en les alignant. »

« Ce match a exposé au maximum les lacunes d’une équipe qui n’a pas défendu avec le trio formé par Messi, Neymar et Mbappé », selon AS qui y voit « un sérieux avertissement pour le PSG » avant sa prochaine rencontre contre Manchester City.

En Belgique, par contre, on a plutôt du mal à cacher son enthousiasme. Pour Le Soir, « le stade Breydel était the place to be du football européen » mercredi. « Les champions de Belgique ont fait étalage d’un énorme esprit d’entreprise et d’une combativité de pitbulls qui ont surpris la constellation de stars parisiennes. » « Le messie s’appelait Hans », encensent nos confrères de la DH à propos du buteur brugeois. « Le plan de Philippe Clement a parfaitement fonctionné. A tel point que Bruges a semblé être plus proche de la victoire que le PSG. » Un bel exploit que l’on doit également au « brillant duo » Charles De Ketelaere – Noa Lang, souligne Sport/Foot. « Ils étaient venus pour Leo Messi, ils ont vu Charles De Ketelaere », titre également RTBF.

Philippe Clément fier, mais réaliste

Mais au lendemain de ce partage au parfum de victoire, l’entraîneur brugeois, fier de ses Gazelles, garde la tête froide. Dans un groupe A qui renseigne aussi Manchester City et Leipzig, il reste « cinq finales » à jouer, estime-t-il. « Nous devons rester réalistes, nous allons continuer à travailler. On peut encore atteindre de belles choses tous ensemble, il ne faut pas fixer de limites à ce groupe. »

Sur le même sujet
Plus d'actualité