Le New York de Patti Smith

La chanteuse et écrivaine est l’invitée de La grande librairie tourné en plein Manhattan.

Le New York de Patti Smith

Diffusion le 15 septembre à 20h55 sur France 5

Elle le dit avec un grand sourire à François Busnel qui l’interroge dans La grande librairie: Spéciale New York. Paru en 2010, son livre autobiographique Just Kids s’est vendu plus que n’importe lequel de ses albums. “C’est un cadeau inespéré”, confie l’icône de la contre-culture underground. “Avec mon groupe (le Patti Smith Group – NDLR), j’ai eu la chance de voyager dans le monde entier à la fin des années 70. Et quarante plus tard, cette opportunité s’est à nouveau présentée grâce à l’écriture.

Entre son premier appart’ où elle se réfugiait sur l’escalier de secours pour écrire et le café Wha!, à Greenwich Village, où elle croisait Bob Dylan, Jimi Hendrix ou le poète beat Allen Ginsberg, Patti Smith offre une visite guidée de “son” New York avant de se poser au mythique studio Electric Lady en plein cœur de Soho. C’est ici qu’elle a enregistré son tout premier 45 tours (Hey Joe/Piss Factory) en trois nuits, qu’elle a gravé le cultissime “Horses” en 1975 et également mis en boîte son tout dernier disque “Banga” en 2012.
Patti Smith avoue aussi s’y réfugier pour écrire. “J’aime bien m’imprégner de l’atmosphère des lieux. C’est chargé d’histoire. Hormis la console de son et les enceintes acoustiques, rien n’a changé depuis que j’ai franchi pour la première fois les portes de l’Electric Studio en 1974.
Dans cette émission d’une rare qualité (enfin un journaliste littéraire qui ne se croit pas plus malin que les auteurs qu’il interviewe), on croise aussi Benoît Cohen, auteur de l’excellent Yellow Cab, Kate Reed Petty (True Story), Nicole Krauss (Être un homme), William Boyle (La cité des Marges) et le déjanté James McBride (Deacon Kong Kong).

Sur le même sujet
Plus d'actualité