Le Danemark teste le retour à la vie normale comme si le Covid n’existait plus

Plus de masque, plus de jauge, plus de distanciation, plus de pass sanitaire…

Nightlife guests crowd in front of the

Une fois de plus, l’exemple vient d’en haut. Depuis le 10 septembre, soit 531 jours après l’apparition du virus en Chine, le Danemark ne souffre plus des restrictions liées au Covid. Les rues de Copenhague étaient à la fête tout le week-end. Le masque avait déjà disparu des visages il y a un peu plus d’un mois, ce sont maintenant les jauges et surtout le pass qui ont sauté. “On a vraiment le sentiment que le Covid, c’est de l’histoire ancienne. Les gens sont passés à autre chose”, a expliqué une jeune Danoise au micro de France Info.

La levée des restrictions intervient alors que le gouvernement estime “l’épidémie sous contrôle”, avec 500 nouveaux cas quotidiens et un taux de reproduction du virus de 0,7. La réalité danoise fait également la promotion de la vaccination, le pays étant parvenu à vacciner 73 % de sa population. Un taux qui grimpe à 96 % chez les plus fragiles et les personnes âgées. En réalité, ces chiffres ne volent pas beaucoup plus haut que la moyenne européenne. À titre de comparaison, la Belgique est à… 72 % de vaccinés, et 91 % pour les plus vulnérables. La différence est donc on ne peut plus minime. Alors, pourquoi le Danemark libère sa population alors qu’ici (et ailleurs), on délibère sur une extension du pass sanitaire? D’abord, grâce à une campagne massive de dépistage. Depuis l’automne, le Danemark est capable de tester la moitié de sa population chaque semaine. Ensuite, le “coronapass”, comme le pays l’a appelé, a été implanté en parallèle de la réouverture des bars, restaurants ou encore cinémas dès le mois d’avril. Il faisait donc partie d’une stratégie plus large et marquée dans le temps.

Surtout, et c’est probablement ce qui constitue la réelle différence avec le reste de l’Europe, le Danemark a pu s’appuyer sur l’adhésion quasi complète de sa population. La confiance de la population en leurs institutions est l’une des particularités des pays scandinaves. “Les gens se disent que le gouvernement fait – la plupart du temps – ce qui est dans leur intérêt, a analysé le sociologue Merlin Schaeffer, de l’Université de Copenhague. Et c’est déterminant dans un moment de crise comme celui-là. On nous dit “s’il vous plaît, respectez ces consignes” et les Danois se disent “d’accord, c’est sans doute ce qu’il faut faire”.” Une confiance qui permet aujourd’hui à tous les Danois de retrouver leur monde d’avant.

Mais tout n’est pas parfait. Si le discours médiatique fait du Covid de l’histoire ancienne au Danemark, le gouvernement est bien conscient qu’un revival est toujours possible. Le ministre de la Santé, Magnus Heunicke, n’a pas exclu un retour du coronapass en cas de flambée des cas dû au fameux variant Delta. Une situation qui, de nouveau, semble bien acceptée par la population danoise, prête à se replier à d’éventuelles restrictions. Enfin, les étrangers doivent toujours présenter un passeport sanitaire et/ou un test négatif pour entrer sur le territoire. Et le masque reste d’ailleurs d’application dans les aéroports

Sur le même sujet
Plus d'actualité