1.428 dauphins tués lors du «grind» aux îles Féroé: un record dû à une «erreur»

Même les baleiniers jugent la pêche de ce dimanche «excessive», alors que Sea Shepherd dénonce un «crime contre le Vivant».

1.428 dauphins tués lors du «grind» aux îles Féroé: un record dû à une «erreur»
@Capture d’écran Facebook

Jamais la tradition féroïenne du grindadráp (ou grind) n’aura tué autant de dauphins à flancs blancs. Ce 12 septembre, ce sont 1.428 d’entre eux qui sont morts à cause de cette technique ancestrale de chasse aux cétacés. Rien à voir avec les chiffres des années précédentes puisqu’en 2020 et 2019, ils étaient respectivement 35 et 10 à avoir subi ce même sort. Selon le biologiste marin Bjarni Mikkelsen, le précédent record datait de 1940 avec 1.200 dauphins à flancs blancs massacrés. Le bilan est tellement lourd qu’il provoque aujourd’hui une polémique au sein de l’archipel autonome du Danemark, pourtant attaché à cette pratique.

«C’était une grosse erreur»

En temps normal, le grindadráp, une pratique légale aux îles Féroé, est plutôt utilisé pour pêcher des globicéphales (aussi appelés dauphins pilotes). Selon le gouvernement de l’archipel, ces derniers sont en moyenne 600 chaque année à être piégés par cette technique qui consiste à les encercler dans une baie avec des bateaux de pêche, avant de les tuer un par un au couteau sur la plage. Cette fois-ci, ce sont donc surtout des dauphins à flancs blancs qui en ont fait les frais. Et comme d’habitude, leur sang a coloré la mer de rouge. Le décompte a ensuite été réalisé sur la côte, où ont été alignés leurs cadavres.

Le massacre a tellement frappé les esprits que le président de l’Association des baleiniers des îles Féroé, Ólavur Sjúrðarberg, a affirmé à la BBC que le grind de ce dimanche avait été «excessif». Pour l’expliquer, l’homme déclare que «c’était une grosse erreur». «Lorsque le groupe a été trouvé, ils ont estimé qu’il n’y avait que 200 dauphins», explique-t-il. Ce n’est que lors de la mise à mort qu’ils se sont rendus compte de leur mauvaise estimation. «Quelqu’un aurait dû mieux le savoir. La plupart des gens sont sous le choc de ce qui s’est passé », se désole Ólavur Sjúrðarberg.

Une stupéfaction générale

Car en effet, c’est la consternation dans l’archipel. Le site local In.fo note que les dauphins ont parfois subi une longue agonie sur la plage avant d’être tués. Pour le prédécesseur d’Ólavur Sjúrðarberg, Hans Jacob Hermansen, le massacre de ce dimanche «détruit tout le travail que nous avons réalisé pour préserver le grind», comme il l’explique à la radio-télévision publique féroïenne.

Les ONG de défense des animaux se disent aujourd’hui abasourdies par la pêche d’hier. Pour l’association Sea Shepherd, qui dénonce le grind depuis près des dizaines d’années, ce record représente un «crime contre le Vivant». Il est « absolument épouvantable de voir une attaque contre la nature de cette ampleur dans les îles Féroé« , déclare Alex Cornelissen, directeur général de Sea Shepherd.

Théoriquement, ces dauphins seront destinés à la consommation, comme à l’accoutumée. Mais ici, leur nombre est tel que les habitants des alentours de la plage de Skalabotnur, où a eu lieu la pêche d’hier, sont sceptiques. Comment consommer autant de viande de dauphin? Selon une enquête de l’association PETA, 17% des Féroïens consomme régulièrement ce type de viande et 47% n’en mangent jamais ou rarement. «On suppose que la plupart des dauphins seront jetés à la poubelle ou enterrés», déclare un habitant au journal danois Ekstra Bladet.

Des Féroïens choqués mais toujours pour le grind

Pour le député féroïen Sjurdur Skaale, c’est clair: «les habitants étaient furieux». Et pourtant, il continue à défendre le grind, qualifiée de pêche «humaine» lorsqu’elle est bien réalisée, comme le fait savoir la BBC. Des propos contredits par Sea Shepherd. «Les chasses au grindadrap peuvent se transformer en massacres interminables, souvent désorganisés», déclare l’association. «Les dauphins peuvent être tués sur de longues périodes devant leurs proches alors qu’ils sont échoués sur du sable, des rochers ou simplement en train de se débattre dans des eaux peu profondes».

Selon un sondage de la chaîne publique féroïenne Kringvarp Foroya réalisé après le massacre de dimanche, 50% des Féroïens interrogés ne voulaient plus que des dauphins à flancs blancs soient encore tués, alors que 30% étaient pour. Par contre, ils sont 80% à être favorable au grind lorsque ce sont des globicéphales qui sont pêchés.

Sur le même sujet
Plus d'actualité