Robots programmés pour aimer

Teaser

Entre nouvelle libération sexuelle et love stories avec des humanoïdes, que nous réserve le sexe en version 2.0?

On ne parle plus que de ça. Dans Real Humans, la nouvelle série événement d’Arte, les hommes et les robots semblent cohabiter en toute normalité. Ces automates mettent la table, préparent à manger, rangent la chambre des enfants, réparent la plomberie, font les courses au supermarché. Et plus si affinités…

Car l’interaction entre humains et "hubots" ne connaît plus aucune limite. Et si les premiers sont censés garder le contrôle sur les seconds, ces humanoïdes sont affublés d’un prénom et exercent une attraction bien réelle sur leurs maîtres. Mais tout cela relève bien entendu de la science-fiction. Quoique…

[...]

En témoignent les nouvelles girls de Creator, un mécanicien en aéronautique allemand totalement barré. Dotés d’un squelette mécanisé, ces robots sexuels ont une bouche, un bassin et une cage thoracique articulés, un système circulatoire pour réchauffer le corps et même un cœur qui bat! Prochaine étape? L’intégration de puces et de senseurs pour leur permettre de faire des mouvements aléatoires et de bouger comme de véritables divas. Bizarrement, la parole ne semble pas être une priorité pour ce jeune savant fou de Nuremberg…

Un partenaire sur mesure

Et il n’est pas le seul à investir ce marché. Après ses poupées en silicone destinées à la formation médicale, la société américaine Mimicon a ouvert une filiale moins conventionnelle au nom évocateur de CybOrgasMatrix. Ses automates sexuels sont conçus en gel élastomère et équipés d’un moteur au niveau pelvien ainsi que d’un microphone, histoire de pouvoir profiter en 3D des râles et des cris de sa partenaire ou de son hardeur préféré. Comptez entre 5.000 et 8.000 $ pour ce joujou en fonction des options choisies.

Certains fabricants poussent encore un peu plus loin le curseur de la moralité en offrant la possibilité d’associer le haut d’un robot féminin avec un bas masculin. Voire de n’acheter que l’un ou l’autre membre. Au cas où on voudrait juste s’offrir une tête. Ou un pied. La palme du réalisme revenant à la société True Companion basée dans le New Jersey. Présentée comme le premier authentique robot sexuel, Roxxxy bouge, parle et interagit avec son propriétaire grâce à cinq différentes personnalités téléchargeable sur son port USB.

"Roxxxy n’est pas un robot, mais une compagne,précise Douglas Hines, son inventeur. Elle vous entend, vous écoute, vous parle et sent votre contact. Nous avons essayé de reproduire une vraie personnalité. Elle ne sait pas cuisiner, mais elle est prête pour l’action." Et la poupée de lâcher un "Oh, I’m getting so excited" quand son concepteur lui touche les seins…

Adultère ou pas?

Et vous, pourriez-vous faire l’amour avec un robot? Les Français, eux, ont déjà répondu. Selon une sérieuse enquête du Huffington Post réalisée en partenariat avec la compagnie d’études de marché YouGov, 9 % des personnes interrogées seraient prêtes à coucher avec un automate sexuel. Sans oublier les 11 % qui se déclarent indécises… L’étude révèle par ailleurs que pour 31 % des sondés, avoir des relations sexuelles avec un robot ne serait pas considéré comme un adultère. Et on dira quoi? Qu’on a été "aux robots"?

Ne vous marrez pas trop vite. Il y a tout juste un an, deux chercheurs néozélandais d’une université de Wellington avaient fait le buzz en dévoilant leurs prévisions. Pour Ian Yeoman et Michelle Mars, Amsterdam sera la première ville à adopter la prostitution des robots en 2050. Selon ce professeur spécialisé dans l’industrie touristique et cette sexologue, il en résultera une diminution du trafic des êtres humains, mais aussi des maladies sexuellement transmissibles puisque ces robots seront autonettoyants.

Interrogée par Libé, Michelle Mars n’y va pas par quatre chemins. Selon elle, les prostitué(e)s androïdes vont carrément bouleverser notre manière d'aborder les questions de sexualité. "Les robots vont nous libérer! Ils vont nous apprendre à comprendre nos excitations, et ce processus de libération personnelle sera bon pour tout le monde." Et de rappeler que les femmes ont déjà des relations sexuelles avec des robots depuis plus de cent ans. "Les docteurs à la fin du XIXe siècle traitaient l’hystérie en les masturbant, mais ils ont décidé que cela prenait trop de temps manuellement, donc ils ont inventé les godemichets vibrants. Aujourd’hui, certaines femmes ne peuvent pas avoir d’orgasme sans eux."

[...]

"La question n’est pas de se demander si cela va arriver, mais quand ça arrivera." Pour David Levy, éminent spécialiste en intelligence artificielle et auteur de Love And Sex With Robots: The Evolution Of Human-Robot Relationships (éd. Harper Perennial), les êtres humains s’amouracheront forcément de ces humanoïdes et se marieront même avec eux dès 2050! "On sera capable de construire des machines qui nous ressembleront et reproduiront nos émotions: il deviendra quasi naturel de les aimer. C'est inévitable." Quand on voit l’amour que portent certains hommes à leur poupée de silicone dans le documentaire Guys And Dolls de la BBC, on le croirait presque sur parole. D’autant que des personnes entretiennent déjà un lien affectif avec leur tablette ou avec leur smartphone. Effrayant.

Un robot par foyer en 2020

Près d’un siècle après le Metropolis de Fritz Lang, l'amour entre un humain et un robot risque bien de ne plus relever du simple fantasme. Car dans les labos des experts en robotique, on transforme peu à peu la science-fiction en réalité. Il faut dire que les révolutions scientifiques s’enchaînent à une vitesse exponentielle. En miniaturisation, mais aussi en intelligence artificielle qui a atteint un tel niveau de maturité qu’il est désormais impossible de faire la différence entre un homme et une machine. Les progrès sont si rapides que la Corée du Sud prévoit déjà un robot par foyer d’ici 2020. Au pays le plus high-tech de la planète, le ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Energie a d’ailleurs lancé la rédaction d'un code éthique destiné à réguler les futurs rapports entre les hommes et les androïdes. Preuve qu'on ne les considère déjà plus comme des machines…  

[...]

Article complet dans le Moustique du 24 avril.

Les plus lus

Notre Selection