Les Olympiades façon Black Mirror

Tokyo 2021 Arte
Tokyo 2021 Arte
Teaser

Ces Jeux Olympiques à hauts risques imposent une surveillance constante des éléments comme des hommes… À quel prix ?

Diffusion le 20 juillet à 23h20 sur Arte

 

Le Japon s’est battu comme un dragon pour conserver sa XXXIe Olympiade, reportée d’un an par la pandémie. Mais le covid n’est pas la seule embûche qui s’est dressée sur le chemin de croix de l’organisation. Car l’archipel nippon n’est pas, de tout temps, le lieu le plus tranquille de la planète: le comité y craint les nombreuses vagues de chaleur, l’activité sismique propice aux tremblements de terre, les typhons…

Il a fallu, dès l’origine du projet, donner des garanties de sécurité au public, comme aux athlètes, sportifs et responsables des J.O logés au village olympique. Il ne s’agit pourtant que du dessus de l’iceberg. Le documentaire allemand signé Patrick Hörl de ce soir nous montre un autre visage de la prévention, celle qui vise à lutter contre la menace terroriste et les cyberattaques. Le budget de ce poste-là a colossalement gonflé, au point d’être le plus gros jamais imparti dans l’histoire des Jeux. Pourtant, la question des gros sous apparaît bien secondaire au regard des soucis d’éthique qu’entraînent les moyens mis en place. Les méthodes utilisées, dénoncées par le film, semblent en effet sortir d’un épisode de Black Mirror, la série d’anticipation pessimiste de Netflix.

Pour détecter les suspects, crimes et autres comportements potentiellement dangereux, les autorités ont en effet recours aux intelligences artificielles. Bienvenue dans le monde de la reconnaissance faciale, des flics virtuels, des analyses statistiques des mouvements des individus et des foules. Le réalisateur nous emmène à la découverte des moyens mis en œuvre, au sein des entreprises de sécurité et des sociétés de développement des technologies qui veilleront au déroulé sans heurts ni vagues de ces compétitions sportives porteuses de valeurs humanistes… Justement. On peut se demander ce que Couperin penserait de ce système où les robots font loi, où les êtres humains sont objets d’étude, surveillés à leur insu, dans les limites de leurs droits. La grand-Messe sportive, le besoin de revivre et de s’évader, ne doivent pas occulter ces petits pas rognés sur les libertés individuelles.

Plus de Aucun nom

Les plus lus

Notre Selection