Georges-Louis Bouchez "Je ne vais pas m'excuser d'être un libéral et d'avoir des convictions"

Georges-Louis Bouchez @BelgaImage
Georges-Louis Bouchez @BelgaImage
Teaser

Georges-Louis Bouchez, président du MR, était l'invité de l'émission "Il faut qu'on parle" ce lundi sur DH Radio.

Ce lundi matin, c'est Georges-Louis Bouchez qui répondait au micro de Maxime Binet sur DH Radio. Sur les sujets comme le port de signes convictionnels, la réponse à apporter à la crise ou encore l'aide pour les plus petits salaires, le MR semble de plus en plus isolé dans le paysage politique francophone. Est-ce le cas ? Son président dit que non. "Pas du tout !", mais... "Effectivement, structurellement, on est le seul parti de centre-droit dans le paysage politique francophone. Depuis 30 à 40 ans, on constate toujours la même rengaine qui vise en particulier le président [du MR]. Ca été le cas pour Jean Gol, pour Michel, pour Reynders... On nous reproche d'être libéral, parce qu'on n'a pas l'habitude, parce qu'il y a beaucoup de partis de gauche. Mais je ne vais pas m'excuser d'être un libéral et d'avoir des convictions", répond le président du MR.

Sur le port de signes convictionnels, le président de l'Open VLD, Egbert Lachaert a pourtant dit être assez proche de la position du PS. "J'ai encore discuté avec Egbert Lachaert hier et ce n'est pas aussi simple que ça", assure Georges-Louis Bouchez. D'ailleurs l'Open VLD réclame de faire appel dans le dossier de la Stib. Par contre, ce qui est certain, c'est que je n'ai pas à m'excuser ou à me sentir mal parce que je défends mes valeurs. Le problème c'est le fait qu'on ne veuille pas aller en appel sur le jugement de la Stib, que Rajae Maouane donne des interviews où elle prône un communautarisme de manière assez ouverte, et Ecolo qui désigne une femme qui porte un signe convictionnel au centre pour l'égalité homme-femme."

Sur le "dossier Stib" qui chamboule l'exécutif bruxellois, le président du MR annonce que son parti ne va pas remplacer Défi. "Nous nous sommes engagés à ne pas remplacer Défi dans le gouvernement bruxellois pour éviter que PS et Ecolo leur mettent la pression", a assuré le libéral.

Maxime Binet a également abordé la levée des brevets pour les vaccins contre le coronavirus avec son invité du jour.

Plus de Actu

Les plus lus

Notre Selection