Variant Delta au Royaume-Uni : la Belgique bientôt confrontée au même problème ?

©belgaimage-177350542/ Devant un centre de vaccination à Kensington (Londres), le 8 juin 2021
©belgaimage-177350542/ Devant un centre de vaccination à Kensington (Londres), le 8 juin 2021
Teaser

Les autorités britanniques envisagent de mettre sur pause le déconfinement, face à la recrudescence de l’épidémie causée par le variant indien. Chez nous, la situation reste sous contrôle.

Programmée pour le 21 juin, l’ultime phase du déconfinement en Angleterre pourrait être reportée. « Lundi, nous regarderons où nous en sommes. Je pense que tout le monde peut constater très clairement que les cas [de contamination] augmentent, et que dans certains cas les hospitalisations augmentent », a déclaré mercredi Boris Johnson, le premier ministre britannique. C’est le variant Delta, recensé pour la première fois en Inde, qui vient troubler la fête.

Considéré comme plus contagieux que le variant Alpha (ou variant anglais, lui-même plus contagieux que la souche « originelle » du virus), le variant Delta est devenu majoritaire outre-Manche. Boris Johnson a prévenu à plusieurs reprises au cours des dernières semaines que la propagation de ce variant menaçait la suite du déconfinement. Pour tenter d’accélérer la campagne de vaccination, l’armée a été déployée dans certaines villes. Un système de bus « vaccinaux » a été mis en place, et toutes les personnes adultes ont été invitées à passer dès que possible par la piqure, dans les zones les plus touchées.

Vu que 60,9% de la population a reçu la première dose (42,4% est totalement vaccinée), comment expliquer la recrudescence du nombre de cas ? Les vaccins sont-ils inefficaces contre le variant Delta ? Que du contraire. Selon Emmanuel André, les données en provenance du Royaume-Uni soulignent en effet que les vaccins fonctionnent. «Dans le Nord-Ouest de l'Angleterre, une augmentation des hospitalisations suit l'augmentation des infections causées par le variant B.1.617.2, a expliqué le microbiologiste sur Twitter. Ces hospitalisations concernent quasi uniquement les tranches d'âge incomplètement vaccinées ».

 

Jouer la montre

En Belgique, le variant Delta n’est pas encore dominant. Mais il le sera un jour, probablement. « Nous ne pouvons pas empêcher cette variante de devenir dominante, mais nous pouvons la ralentir autant que possible » a avancé Emmanuel André dans Het Nieuwsblad. Comment ?« En rendant plus compliqués les déplacements vers les pays où cette variante est dominante, en ayant un tracing plus actif, avec notamment plus de tests ».

Pour pouvoir l’emporter face au variant Delta, la Belgique doit donc jouer la montre. Chaque jour qui passera verra plus de personnes complètement vaccinées. De quoi espérer, à la suite du microbiologiste, que lorsque le variant Delta sera complètement installé chez nous, il ne trouvera plus beaucoup de personnes à infecter. De quoi aussi, voir la perspective d’« un nouveau lockdown » s’éloigner.

Sur la même longueur d’onde, le porte-parole interfédéral Steven Van Gucht ne voit pas le variant indien s’imposer aussi vite en Belgique qu’au Royaume-Uni. « Il est toutefois possible que le nombre d'infections augmente et qu'à un moment donné, nous soyons confrontés à une hausse des hospitalisations, puis espérons-le à une diminution lorsque la campagne de vaccination touchera à sa fin » , a-t-il précisé dans Het Laatste Nieuws.

Sur le même sujet

Notre Selection