Jeff Bezos, Elon Musk … Ces milliardaires qui snobent le fisc

©belgaimage-176281863
©belgaimage-176281863
Teaser

Selon une enquête du site ProPublica, les vingt-cinq Américains les plus riches n’ont versé que 13,6 milliards de dollars d’impôts sur le revenu, entre 2014 et 2018. Dans le même temps, leur fortune progressait de 401 milliards de dollars.

En plein débat mondial sur la taxation des multinationales, les révélations de ProPublica ont un écho tout particulier : selon le média indépendant américain, Jeff Bezos, le patron d’Amazon, n’a pas payé le moindre cent d’impôt fédéral en 2007 et en 2011. Même chose pour Elon Musk, en 2018. Les deux hommes font pourtant partie des trois plus grandes fortunes de la planète. Pareil pour Michael Bloomberg, l’ancien maire de New York, ou pour le milliardaire George Soros, qui n’a rien payé trois ans de suite.

Via une source sein de l’IRS (l'agence américaine chargée de la collecte de l'impôt), ProPublica a pu mettre la main sur des documents révélant l’inégalité flagrante du système fiscal outre-Atlantique. Car tous les montages débusqués par le site d’investigation sont parfaitement légaux. Selon le média, sur la période 2014-2018, la fortune des vingt-cinq Américains les plus riches gonflait de 401 milliards de dollars. Sur la même période, ceux-ci n’ont payé que 13,6 milliards de dollars (11,2 milliards d’euros) d’impôt fédéral sur le revenu. Soit un taux théorique moyen d’imposition de 3,4%.

Pas d’impôt sur la fortune

Ces ultrariches ont vu leur fortune croître en raison de la progression de leur entreprise, cotée en Bourse. Mais à moins de la vendre, ils n’ont pas eu à payer pour ces augmentations de richesse. En 2018, les vingt-cinq milliardaires détenaient un patrimoine cumulé de 1.100 milliards de dollars, soit l’équivalent des revenus de 14,3 millions de leurs compatriotes « moyens ». Cette année-là, ces millions d’Américains moyens ont payé 143 milliards de dollars d’impôt fédéral cumulés ; c’est-à-dire 75 fois plus que le 1,9 milliard payé par Musk& co.

Entre 2014 et 2018, Jeff Bezos a ainsi vu sa fortune augmenter de 100 milliards de dollars, vu l’évolution de la capitalisation boursière d’Amazon. Il n’a toutefois perçu « que » 4,22 milliards de dollars de revenu et n’a donc dû s’acquitter que de 973 millions de dollars d’impôt (soit 23 % en moyenne). Donations à des fondations, déductions d’emprunts et autres niches … ce club des 25 a déployé des trésors d’ingénierie fiscale. Pour justifier l'absence d'impôt fédéral, un porte-parole de M. Soros a évoqué des pertes sur des investissements entre 2016 et 2018. Michael Bloomberg a déclaré s'être acquitté des impôts qu'il devait payer.

Suite aux révélations de ProPublica, la sénatrice Elizabeth Warren (et ancienne candidate malheureuse à la primaire démocrate) a jugé qu’il était « temps qu’un impôt sur la fortune en Amérique fasse enfin payer aux ultrariches leur juste part ». Bien qu’il veuille augmenter le taux marginal (le plus élevé) de l’impôt sur les révenus de 37 % à 39,6 % et rehausser le taux d'imposition des plus-values pour les millionnaires, Joe Biden ne prévoit pas de réel impôt sur la fortune.

Plus de Actu

Notre Selection