Thomas Meunier comme vous ne l’avez jamais vu

Thomas Meunier RTBF
Thomas Meunier RTBF
Teaser

Considéré comme un “intello du foot”, Thomas Meunier se dévoile au naturel dans un portrait-docu accessible à tous.

Diffusion le 9 juin à 20h10 sur La Une

Thomas Meunier est originaire de Lavacherie, à quelques encablures de Bastogne, en Ardenne. Un village, une région et une Province dont il ne cesse de chanter les louanges, indispensables selon lui à la construction de son identité. Attaché à ses racines, Thomas l’est donc aussi à ses spécialités, à savoir la bière, la sincérité ou encore les “sixtes”, ces tournois de foot à six contre six organisés pendant l’été. Meunier en a disputé des dizaines plus jeune, face à des gaillards plus âgés et souvent moins bons que lui, sur des champs de patates avec deux buts. “L’exutoire ultime de la semaine d’école ou de travail ”, en sourit encore l’intéressé, qui a gardé ce petit accent prononcé sur les voyelles, propre à la région.

Pourtant, Thomas Meunier, c’est un parcours incroyable, celui d’un enfant mis de côté par le Standard à 13 ans et qui se retrouve, quelques années plus tard et après un passage par l’usine, joueur du Paris Saint-Germain et sur le podium d’un Mondial avec la Belgique. Rien qui puisse pour autant impressionner celui qui peut aussi bien s’épancher face aux micros que fermer toutes les vannes devant un gratte-papier un peu trop insistant.

Force est de constater qu’il est par contre convaincu par l’approche de ce portrait chronologique, puisqu’il y apparaît au naturel, sans filtre, qu’il soit à Paris ou à Dortmund, chez sa pétillante grand-mère à Lavacherie ou dans la buvette de son ancien club de Saint-Ode, une Orval à la main.

Écouter parler Thomas Meunier, c’est aussi pouvoir prendre du recul sur l’aspect bling-bling du football. Amateur d’art, ouvert aux langues et aux cultures, le Bastognard détonne par sa simplicité et son franc-parler dans un monde aseptisé par les communicants, maîtres à penser des clubs de foot. Mais cette franchise a également ses revers, Thomas l’a appris à ses dépens lorsque, toujours sous contrat avec le PSG, il a commis ” l’erreur” de liker une banderole de l’Olympique Marseille, le club ennemi. Un geste qui lui a valu des critiques, des insultes et même des menaces. Thomas le dit lui-même: “Personne ne t’apprend à être célèbre.” 

Plus de Aucun nom

Notre Selection