Macron face à McFly et Carlito pour tenter de séduire la jeunesse

Emmanuel Macron, McFly et Carlito à l'Elysée. - YouTube
Emmanuel Macron, McFly et Carlito à l'Elysée. - YouTube
Teaser

C'est le choc de deux mondes. Emmanuel Macron s'est livré comme promis au "concours d'anecdotes" des deux célèbres youtubeurs McFly et Carlito.

Promesse tenue. Emmanuel Macron a invité le duo McFly et Carlito à l'Elysée pour participer à leur "concours d'anecdotes". Le président français avait pris cet engagement après leur avoir lancé un défi : obtenir plus de dix millions de vues sur une vidéo défendant les gestes barrières. Un objectif atteint en moins de trois jours en février dernier.

Le principe de ce "concours d'anecdotes" est simple : chaque camp doit raconter une histoire et l'adversaire doit démêler le vrai du faux. Le chef d'Etat a tenté un coup de bluff en assurant qu'il s'occupait de la carrière de Kylian Mbappé, star du PSG, et que ce dernier allait signer dans les prochaines semaines pour le club rival l'Olympique de Marseille. Il a joué ensuite l'effet de surprise en téléphonant au jeune prodige de l'équipe de France, qui a démenti. Les deux youtubeurs ne se sont pas non plus laissé duper par un appel de bon anniversaire de Donald Trump à son homologue avec deux jours d’avance.

Quant aux vraies anecdotes, Emmanuel Macron a raconté avoir participé à une série de télévision lors d'un voyage officiel au Nigeria. Il a également confié avoir joué contre l'OM, son club fétiche, avec son équipe de sécurité. « Je n’ai pas gagné, mais j'ai mis quelques béquilles à Steve Mandanda. »

Résultat : match nul (4-4). Les gages proposés au début de la vidéo devront donc être tenus. Pour le président de la République, il faudra poser un "petit cadre" photo avec les visages des youtubeurs présent lors d'une prise de parole. Pour le binôme aux 6,5 millions d'abonnés, monter à bord d'un avion de la patrouille de France lors des cérémonies du 14 juillet.

La vidéo d'une demi-heure s'achève sur une séquence inattendue dans les jardins de l'Elysée d'un "concert privé" comme le dit Carlito, pour les deux youtubeurs et le chef de l'Etat assis devant le groupe de metal Ultra Vomit (originaire de Nantes) avec une version furieuse de la comptine "Une souris verte".

Cette invitation pour le moins inhabituelle était évidemment stratégique pour Emmanuel Macron. En cassant les codes, le président français a tenté de se rendre sympathique auprès du jeune public. Toujours utile à moins d'un an de la présidentielle.

Notre Selection