À Ceuta, l'émouvante vidéo d'une bénévole réconfortant un migrant

- Reuters
- Reuters
Teaser

Parmi les milliers de migrants qui ont afflué vers l'enclave espagnole ces derniers jours, l'un d'entre eux a fondu en larmes dans les bras d'une bénévole de la Croix rouge. Un geste qui a valu à la jeune femme… d'être harcelée.

C'est une nouvelle image qui humanise la crise migratoire, souvent réduite à des chiffres. On y voit une bénévole de la Croix rouge en train de réconforter un migrant sénégalais bouleversé, quelques instants après son arrivée à Ceuta, l'enclave espagnole située sur la côte nord de l'Afrique.

Un caméraman de l'agence de presse Reuters a filmé les événements qui ont conduit à ce moment émouvant. Épuisé après un périple au péril de sa vie, l'homme tient à peine sur ses jambes. La secouriste l'aide à s'asseoir sur un rocher, où elle lui donne de l'eau. Lorsqu'elle lui dit quelques mots, inaudibles, le migrant fond en larmes et s'écroule sur son épaule. « Il pleurait, j'ai tendu la main et il m'a serrée dans ses bras. Il s'est accroché à moi. Cette étreinte a été sa bouée de sauvetage », a décrit l'humanitaire prénommée Luna à la chaîne de télévision espagnole RTVE. D’après le récit de la jeune femme, l'homme dont elle ne connaît pas le nom lui a parlé en français. Et bien qu’elle n’a pas tout compris, elle était convaincue qu’« il énumérait la liste des amis qu’il a perdus en cours de route ». Elle l'a d’ailleurs aperçu, en premier lieu, en train de pleurer, alors qu'il tenait la main d’un de ses proches qui semblait inconscient.

Pendant qu'ils s'enlacent, on entend les cris d'un autre migrant, quelques mètres plus loin, emmené par des soldats et des agents de la garde civile pour être expulsé au Maroc. Le Sénégalais connaîtra le même sort.

La bénévole harcelée pour son geste

Cette séquence pleine d'humanité prouve également que certains en manquent cruellement. Depuis que l'image est devenue virale, Luna a été la cible d'un torrent de messages sexistes et xénophobes de la part de partisans du parti d'extrême droite espagnol Vox et d'autres personnes irritées par l'arrivée sans précédent de milliers de migrants à Ceuta. Harcelée, la jeune femme de 20 ans a été contrainte de passer ses comptes en privé sur les réseaux sociaux.

« Ils ont vu que mon petit ami était noir, ils n'arrêtaient pas de m'insulter et de me dire des choses horribles et racistes », a confié celle qui fait du bénévolat à la Croix-Rouge depuis mars dans le cadre de ses études.

Plus fort que la haine

Lorsque la nouvelle de son harcèlement a commencé à se répandre, la toile a contre-attaqué. Les messages saluant le câlin ont rapidement commencé à affluer sous le hashtag #GraciasLuna, devenu l'un des plus populaires en Espagne, noyant ainsi les insultes et les messages haineux.

« Nous ne laisserons pas la haine gagner », a déclaré sur Twitter Rita Maestre, conseillère de la ville de Madrid. « Ceux d’entre nous qui considèrent cette étreinte comme un symbole du meilleur de notre pays sont plus nombreux que les autres. » « Merci Luna pour avoir montré au monde ce à quoi ressemble l'humanité », a écrit le secrétaire général de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Jagan Chapagain, félicitant les millions de bénévoles comme elle. « Je ne pourrais être plus fier » d'eux.

Dans sa courte intervention à la télévision espagnole, Luna n'a pas réagi à cet élan de soutien. La jeune femme a admis être encore sous le choc de de cette expérience en première ligne, alors que 8.000 migrants sont arrivés à Ceuta en l'espace de 36 heures. « Nous n'avons pas été formés pour voir une chose pareille. » Mercredi, environ 5.600 d'entre eux avaient déjà été refoulés vers le Maroc.

Cette vague migratoire inédite a pour toile de fond la crise diplomatique majeure entre Madrid et Rabat, qui ne décolère pas depuis l'arrivée le mois dernier en Espagne, pour y être soigné, du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, ennemi juré du Maroc.

Notre Selection