Le conflit israélo-palestinien en images, depuis la création d'Israël

BelgaImage
BelgaImage
Teaser

Le retour du conflit israélo-palestinien dans sa forme armée dessine les contours d’un nouvel épisode d’une désolante saga.

Mai 2021 - La flambée nationaliste israélienne  

BelgaImage

Tout part de Sheikh Jarrah, un quartier palestinien de Jérusalem situé à 2 km des remparts de la vieille ville. Des colons israéliens, confortés par l’attitude très nationaliste du gouvernement Netanyahou, entendent exproprier, sur de douteuses bases légales, les familles palestiniennes qui y habitent. Des manifestations citoyennes embrasent le quartier puis l’esplanade des Mosquées où les forces de l’ordre israéliennes interviennent violemment. Le Hamas “récupère” le mouvement citoyen en militarisant la situation et tire des dizaines de roquettes à partir de la bande de Gaza sur le territoire israélien. Israël réplique sans retenue par des tirs de missiles qui tuent des centaines de civils et détruisent notamment un bâtiment abritant les bureaux de l’Associated Press. Israël est par ailleurs au bord d’une guerre civile entre citoyens de différentes confessions.

1948 - À l’origine, l’indépendance et la Nakba

BelgaImage

En 1897, Theodor Herzl fonde le sionisme, qui vise à établir un foyer juif en Palestine. Ce courant aboutit à la reconnaissance par la communauté internationale de l’indépendance d’Israël déclarée en 1948. Cette indépendance déclenchera un cycle de guerres avec les pays voisins d’Israël qui se terminera en 1973 avec la guerre du Yom Kippour. Elle déclenchera également la Nakba: l’exode de la population palestinienne.

1967 - Début du conflit avec l’OLP

BelgaImage

Les défaites successives des pays arabes face à l’État hébreu radicalisent les prises de position de la toute jeune Organisation de libération de la Palestine qui va bientôt, sous la houlette de Yasser Arafat, se lancer dans la lutte armée. C’est le début d’un cycle d’actes de terrorisme commis entre autres par le commando Septembre noir.

1987 - Première intifada

BelgaImage

L’absence de résultats de la stratégie de l’OLP pousse la population à se révolter contre Israël et ses soldats. Cette révolte sera menée avec des armes trouvées par terre: des cailloux. D’où l’expression “guerre des pierres”.

1993-1995 - L’espoir

BelgaImage

Les accords d’Oslo signés entre Yasser Arafat et le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin instaurent en 1993 les bases d’une paix durable entre les deux parties. Celle-ci vole en éclats en 1995 lorsqu’un israélien juif extrémiste tue Yitzhak Rabin de deux balles dans le dos.

2000 à 2012 - Seconde intifada

BelgaImage

La visite du chef de l’opposition israélienne Ariel Sharon sur  l’esplanade des Mosquées déclenche des émeutes. Celles-ci sont accompagnées d’une campagne d’attentats-suicides organisée notamment par des groupes dorénavant plus marqués par l’islamisme. Cette campagne débouchera sur l’opération “Plomb fondu” sur Gaza qui fit plus de 1.000 victimes parmi les Palestiniens, sur le retrait de l’armée israélienne de la bande de Gaza, et sur la construction, par Israël, d’un mur qui séparera les deux communautés

 

Plus de Actu

Notre Selection