Réouverture des terrasses : et la Belgique revit

Pluie ou non, les Belges sont heureux de se retrouver en terrasse. - BELGA
Pluie ou non, les Belges sont heureux de se retrouver en terrasse. - BELGA
Teaser

Après presque sept mois de fermeture, la réouverture partielle de l'horeca a fait souffler un vent de liberté aux quatre coins du pays.

Il en faut peu pour être un Belge heureux : un verre en terrasse et des amis. Et ce n'est pas la météo capricieuse qui l'empêchera d'en profiter. Sous les parasols pour se protéger de la pluie, emmitouflés dans des manteaux, les clients ont répondu présents dès samedi matin pour soutenir la réouverture en extérieur de l'horeca, après plus de six mois de fermeture. « Mon café a le goût de l'espoir », dit un habitué d'un bistro bruxellois. « C'est tellement bon d'être de sortie », sourit une autre cliente, heureuse de retrouver une « vie normale ». Ou en tout cas un semblant.

Car la réouverture de l'horeca est pour le moment partielle et se fait de manière réglementée. Pas question de s'agglutiner, les tablées sont limitées à quatre personnes maximum, sauf pour les membres d'une même famille qui peuvent être plus nombreux. Les clients ne peuvent accéder à l'intérieur des bars et restaurants que pour payer ou aller aux toilettes, et ce en portant un masque.

Malgré ces mesures et la météo maussade, le sourire se lisait sous les masques des serveurs et sur les visages des clients. Certains n'ont pas tardé à commander une bière, à la saveur toute particulière. Avec le soleil qui a percé les nuages dans l'après-midi, les autres n'ont plus hésité à fêter dignement la reprise des terrasses.

en terrasse à Knokke

Un succès, mais...

Ce samedi, plus de six exploitants horeca sur dix ont rouvert leur terrasse, selon une enquête réalisée par le Syndicat Neutre pour Indépendants auprès de ses membres. « Les premiers retours montrent qu’il y avait énormément de soulagement et de besoin chez les clients, mais que dans l'ensemble, les règles de sécurité ont été bien suivies. Les propriétaires des terrasses et les visiteurs ont pris leurs responsabilités et cela nous réjouit », a-t-il souligné, devant cette bouffée d'air à un secteur en grande difficulté. « Nous pouvons parler d'un succès, mais la route est encore longue. »

Le plaisir affiché de ce samedi ne cache pas les inquiétudes des restaurateurs. Malheureusement, ces quelques tables en terrasse - pour ceux qui en ont - peinent à faire oublier les pertes de ces derniers mois et les risques de faillite. Et ce n'est pas non plus la fermeture obligatoire à 22 heures qui va les rassurer.

Couvre-feu levé

Ce sentiment de trop peu était vraisemblablement aussi présent du côté des clients, notamment à Ixelles, où une foule s'est formée sur la place Flagey pour fêter le début du déconfinement. Après plus d'un an de mesures liberticides, c'était prévisible (et compréhensible). Toutefois, même si le couvre-feu en place depuis octobre a été levé, il est interdit de se rassembler à plus de trois personnes à l'extérieur entre minuit et 5h.

rassemblement sur la place flagey

Après plusieurs tentatives de prévention, la police a dispersé la foule vers 1h, non sans heurts. L'autopompe a été utilisée. Trois personnes ont été arrêtées administrativement. Un participant souffre d'une commotion cérébrale. Un policier a également été blessé.

Ce regroupement n'a pas été du goût de Marc Van Ranst. Sur Twitter, le virologue a appelé les participants à rentrer chez eux. « Ou voulez-vous montrer pourquoi un couvre-feu était nécessaire ? » Une réaction aux airs de menace qui ne risque pas d'apaiser les tensions.

Sur le même sujet

Plus de Aucun nom

Notre Selection