La Boum 3 déjà prévue

La Boum 2, au Bois de la Cambre, le 1er mai 2021 @BelgaImage
La Boum 2, au Bois de la Cambre, le 1er mai 2021 @BelgaImage
Teaser

Les organisateurs ont fait savoir aux autorités leur intention de faire une troisième édition, avec de premières indications sur son organisation.

«Jamais 203»: voilà comment le collectif L’Abîme présente son nouveau projet sur sa page Facebook. Mais derrière ce ton humoristique, il y a la prochaine bombe pour les autorités bruxelloises. Les organisateurs de La Boum 2 veulent en effet une troisième édition du rassemblement polémique qui a fait trembler la capitale belge. Le message publié sur les réseaux sociaux montre qu’ils ont déjà pris contact avec les forces de l’ordre pour organiser ce nouveau faux festival.

Dans moins d’un mois

La publication montre juste deux images. Sur la première, on voit le collectif remplir le formulaire de la zone de police Bruxelles-Ixelles pour une demande de manifestation au nom de l’organisateur principal de La Boum 2, Dave Monfort. La deuxième image montre la réponse automatique des forces de l’ordre avec l’aperçu de la demande du collectif L’Abîme.

Ces deux photos donnent les premiers détails sur ce que serait cette Boum 3. La date serait fixée le samedi 29 mai 2021, à 14 heures, et la manifestation aurait toujours lieu au Bois de la Cambre. Pour justifier cette organisation, le collectif donne le même prétexte que pour samedi dernier, à savoir la dégradation de l’état psychologique des jeunes après un an de crise sanitaire. Il dit également se baser sur des études qui montreraient que les risques de contamination à l’extérieur seraient «quasi inexistants».

Pas de consensus sur l’impact épidémiologique

À noter qu’après la première édition (organisée non pas par L’Abîme mais sous la forme d’une blague devenue réalité), les experts s’étaient déjà montrés divisés à ce sujet. Il y avait d'une part ceux qui étaient préoccupés. Le biostatisticien de la KULeuven Geert Molenberghs s’inquiétait du niveau de contaminations chez les jeunes. «Les incidents comme La Boum au Bois de la Cambre n'aident évidemment pas. Les jeunes atterrissent beaucoup moins dans les hôpitaux, mais ils contaminent les générations plus âgées, comme ceux qui ont la quarantaine, la cinquantaine, la soixantaine, ... Et ce sont justement ces groupes qui remplissent les hôpitaux», avait-il déclaré à Het Laatste Nieuws.

L’épidémiologiste Yves Coppieters estimait pour sa part que l’impact de La Boum sur l’épidémie n’était «pas mesurable». «On ne peut pas dire que ça va influencer l'épidémie», déclarait-il à La Libre. «C'est quand même le signal d'une situation qui ne peut pas perdurer en termes de limitation des activités sociales. Il faut un minimum de relâchement», ajoutait-il par ailleurs.

Le risque que la Boum 3 parte «en vrille»

Comment les autorités réagiront-elles face à cette Boum 3? C’est la question. Ce dimanche, le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (PS), a expliqué sur le plateau de RTL-TVI qu’une fermeture du bois de la Cambre aurait été impossible. Selon lui, il aurait fallu pour cela déployer «des milliers de policiers» sur 5 km, ce qui n’était pas concevable. Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a pourtant continué de lui reprocher l’absence d’une fermeture du bois. Selon lui, des barrages policiers auraient également pu éviter plusieurs incidents.

Selon la RTBF, une discussion bilan a été organisée au sein des autorités suite à la Boum 2. Un participant a alors écrit sur le fil Telegram dédié à cette discussion: «Il faut retenir les leçons! Si on refait une Boum 3 sans rien changer ça repartira en vrille». Samedi dernier, la musique recouvrait totalement l’appel de la police diffusé par un drone prévenant la fin forcée du rassemblement. Des jeunes présents sur place ont ainsi été surpris par l’arrivée du cordon de police et par les grenades lacrymogènes. Bilan: 132 arrestations et une trentaine de blessés selon un porte-parole de la police.

Plus de Aucun nom

Les plus lus

Notre Selection