Le cinéma du lockdown

Mank
Mank
Teaser

Le 25 avril, la cérémonie des Oscars expérimente un dispositif ultra-safe, s’interrogeant sur l’avenir du cinéma en salle face au pouvoir grandissant des plateformes.

Salles fermées, sorties reculées, écrans noirs. Depuis plus d’un an, nos cœurs de cinéphiles balancent entre les films qui ont choisi une visibilité sur des plateformes qui font de plus en plus d’émules et ceux qui ­espèrent un retour à la normale pour rencontrer leur public en salle. Les deux “camps” sont désormais représentés aux Oscars, l’Académie ayant ouvert l’éligibilité aux œuvres sorties uniquement sur plateformes. Les nominations 2021 font donc la part belle aux nouveautés labellisées Netflix - Pieces Of A Woman, Ma Rainey’s Black Bottom, The Trial Of The Chicago 7 et Mank qui aligne pas moins de dix nominations dont meilleur film, meilleure réalisation et meilleur acteur.

On retrouve dans cette sélection beaucoup des ­préoccupations du moment. Cinq films reviennent sur le combat des Afro-Américains pour leurs droits, convoquant des figures emblématiques comme Mohamed Ali, Malcolm X et Sam Cooke (One Night In Miami); Fred Hampton, membre des Black Panthers assassiné en 1969 et incarné avec force par Daniel Kaluuya (Judas And The Black ­Messiah); Ma Rainey campée par l’incroyable Viola Davis (Ma Rainey’s Black Bottom) et Billie Holiday magistralement interprétée par Andra Day (The United States vs. Billie Holiday) ou l’histoire d’une destruction, celle d’une artiste pointée pour avoir véhiculé dans sa chanson Strange Fruit une image de l’Amérique qui ne convenait pas aux Blancs.

Attendus dans les salles à une date encore non arrêtée, les films en course forment aussi - signe des temps - une galerie de femmes traversées par la force de dire “non”. Martha, portée par Vanessa Kirby dans Pieces Of A Woman, histoire secouante d’un accouchement qui vire au drame… Fern, personnage solitaire et libre, sublimée par Frances McDormand dans Nomadland, Lion d’or à Venise et récemment couronné aux Bafta - meilleur film et meilleure actrice. Cassie, héroïne caméléon de Promising Young Woman qui mène une double vie. Le cinéma du lockdown se porte-t-il bien? Les Oscars délivrent des prix, pas de diagnostic. Doit-on s’inquiéter de voir dans Mank l’ombre d’Orson Welles, un cinéaste sacrifié par les studios? Doit-on s’arrêter sur l’histoire de The Father (nommé six fois) dans laquelle Anthony Hopkins joue un vieil homme qui ne reconnaît plus sa ­maison ni les siens?

 

Plus de Aucun nom

Les plus lus

Notre Selection