Des stades remplis pour l'Euro de foot ?

AFP
AFP
Teaser

L'UEFA a levé mercredi la jauge de 30% de spectateurs dans les stades décidée en octobre dernier, laissant les autorités locales décider d'éventuelles limites, notamment en vue de l'Euro de football qui doit avoir lieu du 11 juin au 11 juillet.

 

"Compte tenu du fait que les 55 associations membres de l'UEFA font chacune face à une situation différente dans la gestion de la pandémie, une telle limitation n'est plus requise", explique l'instance après avoir réuni son comité exécutif.

L'organisation maintient néanmoins l'interdiction de stade pour les supporteurs venus de l'étranger, "jusqu'aux finales des compétitions de clubs", c'est-à-dire de la Ligue des champions et de la Ligue Europa, "qui auront lieu en mai". Sa décision entre en vigueur jeudi et s'applique également aux compétitions de futsal, qui se déroulaient jusqu'à présent à huis clos.

Aux villes hôtes de décider

L'UEFA permet ainsi aux 12 villes-hôtes de l'Euro de football, réparties dans douze pays, de remplir leurs enceintes si elles le souhaitent. Leurs plans d'accueil devront être remis d'ici le 7 avril à l'instance, qui les validera ou les refusera le 19 avril lors de son prochain comité exécutif.

L'organisation a néanmoins exclu mi-mars que certaines rencontres du tournoi se disputent à huis clos, contraignant donc les autorités locales à promettre d'admettre des spectateurs si elles ne veulent pas voir leurs matches déplacés dans un autre pays.

Cette exigence, en pleine crise sanitaire et propagation de variants plus contagiants, a été mal reçue en Allemagne, qui doit organiser quatre matches à Munich et interdit depuis mars 2020 la présence de public dans les stades.

La Roumanie a en revanche annoncé le 18 mars qu'elle tablait sur une jauge d'au moins 25% du public à l'Arena Nationala de Bucarest. Le Danemark prévoit de son côté d'accueillir au moins 11.000 spectateurs par match pour les quatre rencontres prévues cet été à Copenhague, même si le gouvernement se réserve la possibilité de serrer la vis si la situation sanitaire se détériore.

 

Plus de Actu

Les plus lus

Notre Selection