Marat, Robespierre, les malades de la Révolution

les malades de la Révolution France 5
les malades de la Révolution France 5
Teaser

Le médecin légiste Philippe Charlier enquête sur la mort de grandes figures historiques.

Diffusion le 18 février à 20h50 sur France 5

Stéphane Bern n’a qu’à bien se tenir car il se pourrait que France Télévisions lui ait trouvé un concurrent au rayon des émissions historiques. Son nom: Philippe Charlier, médecin légiste et directeur de la recherche au Quai Branly.

Ce jeudi, il dévoile ses enquêtes destinées à faire la lumière sur les circonstances de la mort de grands personnages qui ont marqué l’Histoire, et ce à partir de leurs restes (ossements, taches de sang, masques mortuaires, etc.). Pour ce faire, Philippe Charlier utilise les techniques médico-légales les plus modernes pour voir si les reliques confirment ou pas le récit fait de leurs décès. Au cours des deux émissions présentées ce soir, trois personnalités passent sur le grill: Marat, Robespierre, et Descartes.

Il y a beaucoup des zones d’ombre chez ces personnes et le but principal ici est de travailler main dans la main avec les historiens pour savoir si l’histoire dit la vérité”, nous explique Philippe Charlier. Ce dernier tente ainsi de déterminer si Descartes a été empoisonné, ou encore de quelles maladies souffrait Marat pour avoir fini sa vie dans son bain. Des recherches parfois fructueuses, parfois pas, mais qui dans les deux cas nous montrent la pratique de la médecine légale et comment celle-ci s’allie à d’autres sciences pour faire des découvertes. “Je ne voudrais pas que cette émission soit perçue comme mettant la science au-dessus de l’histoire. Je pense au contraire que former une équipe interdisciplinaire, c’est le meilleur moyen d’éviter les erreurs”, confie le médecin légiste.

Le résultat est réussi et rompt brutalement avec le romantisme contestable de Secrets d’histoire. Est-ce que cette émission est le prélude d’une série? “Ce sera en fonction de mon temps libre”, confie Philippe Charlier. “Ça m’intéresserait en tout cas de travailler sur des rois de France comme Louis XIII et Louis XIV”.

 

Plus de Aucun nom

Les plus lus

Notre Selection