Un ticket unique pour tous les transports en commun à Bruxelles dès février

Il sera possible de passer d'un bus à l'autre avec un seul ticket. (Belga)
Il sera possible de passer d'un bus à l'autre avec un seul ticket. (Belga)
Teaser

Un seul Brupass vous permet de passer du métro ou au tram aux trains de la SNCB ou aux bus TEC ou De Lijn dans la capitale, et même jusqu’à 11 kilomètres tout autour. Une nouvelle étape vers le RER.

En 2008, Syntigo, filiale IT de la SNCB puis d’Infrabel, clamait dans la presse avoir réalisé des tests concluants pour un ticket de transport en commun unique pour toute la Belgique. Avec le même billet, vous pourriez prendre le bus de votre village jusqu’à la gare, puis le train jusqu’à la capitale et utiliser ses métros et trams. L’idée était de proposer un tel service dès 2010 !

Aujourd’hui, Syntigo a changé de nom puis fusionné avec Tuc Rail, autre filiale d’Infrabel, spécialisée en ingénierie ferroviaire. Quand à ce fameux ticket unique, il n’a jamais vu le jour…

12 ans plus tard, son digne successeur arrive à Bruxelles. Dès le 1er février, fini les tickets JUMP, MTB et autres. Toutes les sociétés de transport public belges et les différents Gouvernement ont réussi à s’accorder afin de ne proposer qu’un seul même système de billetterie dans la capitale. Il s’appelle Brupass et il coute 2,40€. Pour 10 trajets, c’est 15€.

Comme les tickets de la STIB, il vous permet de prendre le tram et le métro dans la capitale, mais aussi n’importe quel bus, même ceux du TEC ou de De Lijn. Il vous permet aussi de prendre le train entre les 35 gares de la capitale. C’est ce que permettait auparavant le ticket MTB. Cela devient désormais la formule tarifaire de base.

Evidemment, des formules d’abonnement existent toujours et ce système reste compatible avec les cartes Mobib. Par contre, vous l’aurez remarqué : c’est plus cher. Le ticket pour un trajet augmente donc de 30 centimes et la formule 10 voyage de 1€ (2,10 et 14€ actuellement).

Le plan des zones.

Une zone élargie

Mais les sociétés de transport public proposent désormais une deuxième offre, qui va plus loin au propre comme au figuré. Nommée Brupass XL, elle est à peine plus chère que l’offre de base. (3€ au lieu de 2,4€ pour un ticket) mais vous permet avec un seul billet de voyager dans un rayon d’un peu plus de 11km autour du centre de Bruxelles. Cela comprend des parties de toutes les communes frontalières à la capitale, et mêmes l’entièreté de quelques-unes.

Ce sont des dizaines de lignes de bus et de gares qui s’ajoutent donc au réseau du Brupass classique pour arriver à « une zone desservie par 52 gares et près de 1.400 trains par jour, et environ 2.800 arrêts de bus, tram et métro ».

Côté train, ce sont les gares de Beersel, Buda, Diegem, Dilbeek, Groenendaal, Grand-Bigard, Hoeilaart, Holleken, Linkebeek, Lot, Nossegem, Ruisbroek, Rhode-Saint-Genèse, Sint-Martens-Bodegem, Vilvorde, Zaventem et Zellik qui s’ajoutent au réseau. 

Un pas vers le RER

Les quatre opérateurs belges en ont profité pour améliorer leurs propres réseaux en concordance avec le lancement de cette nouvelle formule tarifaire.

Le Plan de Transport de la SNCB de décembre intégrait déjà des horaires permettant de meilleures correspondances entre trains mais aussi avec les autres transports publics. La STIB a, quant à elle, récemment créé de nouvelles lignes de bus s’arrêtant à certains gares. Depuis l’été, de nouveaux modèles de bus De Lijn circulent à Bruxelles et le TEC a modernisé ses lignes reliant les grandes villes en octobre, devenues désormais « Lignes Express ».

Cette avancée en matière de multimodalité arrive quelques jours après l’annonce du ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet (Ecolo), de relancer activement le projet du RER

En effet, une telle avancée en matière de tarification allait de pair avec l’arrivée de ce nouveau « réseau express régional ». Les sociétés de transport ne s’en cachent d’ailleurs pas. « L’élargissement de la zone d’interconnectivité entre le train, le bus, le tram et le métro dans et autour de Bruxelles constitue une nouvelle étape dans le RER, solution de mobilité qui combine les différents modes de transport publics lancée en 2015 », conclut la SNCB, qui ajoute que ce réseau « progresse chaque année ».

S’il n’est pas à nouveau retardé, il devrait être terminé en 2026 et arrivera peut-être avec ce fameux billet unique pour tout le pays… promis en 2008.
 

Sur le même sujet

Plus de Actu

Les plus lus

Notre Selection