Coronavirus: oui, les chiffres baissent mais…

Dans un centre de dépistage, à Bruxelles. - BELGA
Dans un centre de dépistage, à Bruxelles. - BELGA
Teaser

Même si tous les indicateurs continuent d'évoluer dans le bon sens, il est encore trop tôt pour assouplir les mesures, a prévenu le Premier ministre Alexander De Croo dimanche. Explications.

On peut s'en réjouir: les chiffres du coronavirus en Belgique poursuivent leur baisse. En moyenne, 1.589 nouvelles contaminations ont été détectées chaque jour entre le 25 et le 31 décembre, soit un recul de 27% par rapport à la période de sept jours précédente. Du côté des hôpitaux, 145,6 nouveaux patients ont été admis en moyenne chaque jour entre le 28 décembre et le 3 janvier, soit un recul de 9%, pour un total de 2.186 personnes hospitalisées en ce moment pour le coronavirus, dont 467 en soins intensifs. Quant aux décès, le Covid-19 a fait en moyenne 68,1 morts quotidiennement entre le 25 et le 31 décembre. Un chiffre en baisse de 21,3% par rapport à la semaine précédente.

Encore loin des objectifs

Bien que les nouvelles soient bonnes, elles ne permettent toutefois pas d'envisager un assouplissement des mesures, a prévenu dimanche Alexander De Croo. « J'aimerais donner des perspectives, mais donner de faux espoirs serait encore pire », a-t-il une nouvelle fois dit, alors qu'un nouveau comité de concertation est prévu ce vendredi.

Alexander De Croo

Le Premier ministre Alexander De Croo. - BELGA

Les chiffres actuels sont deux fois plus élevés que les objectifs fixés par les autorités pour entamer un déconfinement, à savoir 800 contaminations par jour pendant 3 semaines ainsi que 75 admissions quotidiennes pendant une semaine. Au rythme actuel, il faudrait donc encore plus d'un mois pour atteindre ces seuils. Voire plus, car plusieurs éléments pourraient influencer la situation épidémiologique.

Plusieurs points à surveiller

Tout d'abord, les chiffres des contaminations sont probablement sous-estimés, en raison du nombre de tests moins élevé durant les fêtes de fin d'année. En effet, 25.000 tests ont été réalisés en moyenne chaque jour entre le 25 au 31 décembre, contre 35.940 lors de la semaine précédente, alors que le taux de positivité, lui, est resté stable (7,2% contre 7,4%).

Ensuite, il faudra encore attendre un peu avant de connaître l'impact de la Noël et du Nouvel An. « On saura mieux ce qu'il s'est passé sur le plan épidémiologique d'ici 5 à 10 jours à peu près », a estimé Yves Van Laethem ce dimanche sur le plateau de RTL-TVi. « Pour l'instant, on est plutôt optimistes. »

Reste à voir aussi l'impact de la rentrée scolaire et du retour des voyageurs de zone rouge, qui risquent également d'influencer les chiffres. Pas moins de 35.000 personnes ont été contrôlées aux frontières belges entre le 26 décembre et le 2 janvier, a indiqué la police fédérale ce dimanche. Parmi elles, seulement 98 personnes ont reçu une amende parce qu'elles n'avaient pas rempli le formulaire de retour au pays. C'est positif. Mais au-delà des contrôles aux frontières, l'autre défi sera surtout de faire respecter la quarantaine à ces milliers de voyageurs.

La police contrôle les voyageurs à leur arrivée en Belgique.

La police contrôle les voyageurs à leur arrivée en Belgique. - REUTERS

Il va donc falloir surveiller les chiffres de très près ces prochains jours, avec en toile de fond une autre incertitude: la variante britannique du virus, qui serait déjà présente en Belgique. Plus contagieuse, cette souche « augmente le taux de reproduction de 0,7 », a alerté le microbiologiste Emmanuel André sur Twitter. En d'autres termes, cela signifie que si on laisse ce virus se répandre dans notre pays, « les mesures de confinement devront être bien plus strictes pour un effet égal ».    

Autant de raisons qui poussent les politiques à faire preuve de prudence. « Si les chiffres continuent à évoluer dans la bonne direction dans les semaines à venir, il est logique que nous commencions à parler d’assouplissement », a toutefois reconnu le Premier ministre. « Donnez-nous quelques jours de plus, peut-être une semaine, pour examiner ces chiffres. »

Sur le même sujet

Plus de Aucun nom

Les plus lus