Les 5 hommes les plus riches du monde - Comment ils ont fait fortune

Teaser

Les cinq hommes les plus riches de la planète sont tous des self-made-men. Et si c'était vous le prochain? Dans le cadre du dossier "Les riches ont gagné", à retrouver dans le Moustique du 4 juin 2014, nous retraçons la trajectoire des ces 5 personnalités

1. Bill Gates: 76 milliards $

Deux décisions qui ont tout changé

Dans le garage familial de Seattle, le jeune William Henry Gates bricole ses premiers programmes informatiques. Nous sommes au début des années 70, le grand public ne sait même pas ce qu'est un ordinateur. Après deux ans au sein de la prestigieuse université Harvard, Bill laisse tomber ses études, au grand désarroi de ses parents, pour fonder sa propre entreprise d'informatique avec son ami Paul Allen. Microsoft naît le 4 avril 1975. Bill Gates a 19 ans. Il rachète un logiciel d'exploitation qu'il modifie et propose à IBM, géant du secteur. Sa fortune, il la doit à deux négociations stratégiques prises à cette époque. Un: Bill Gates obtient de conserver ses droits de propriété intellectuelle sur son logiciel. Deux: IBM n'en demande pas l'exclusivité, laissant au jeune homme tout le loisir d'installer son logiciel sur les machines de ses concurrents. On connaît la suite.

 

2. Carlos Slim Helu: 72 milliards $

En Bourse dès ses 12 ans

Fils d'immigrants libanais débarqués au Mexique sans un peso en poche, Carlos Slim apprend très tôt que l'argent non dépensé peut être transformé en capital. A 12 ans, il commence à investir en Bourse. A 15 ans, il est plus riche que son père, homme d'affaires, grâce à ses placements. Très doué en maths, il est à l'affût de la moindre source d'enrichissement. A son mariage, par exemple, il utilise l'argent donné par sa famille pour construire un immeuble à logements plutôt que pour s'acheter une maison pour lui-même. Parallèlement aux activités de son cabinet de courtage en immobilier à Mexico, il commence par acheter des petits commerces qu'il fait prospérer avant de les revendre. Au début des années 80, en pleine crise financière, il rachète de nombreuses entreprises, dont la compagnie d'assurances Seguros de Mexico pour 44 millions de dollars. En 1990, soutenu par le président Carlos Salinas, il rachète Telmex, première société de télécoms du Mexique.

 

3. Amancio Ortega: 64 milliards $

Merci le shetland

Le patron de Zara, Massimo Dutti et Bershka est le fils d'un cheminot et d'une femme de ménage. Né dans la province du Leon, en Espagne, il n'a que 14 ans lorsqu'il quitte l'école et devient coursier pour des magasins de vêtements. Il attendra une dizaine d'années avant de commencer à créer et vendre ses propres vêtements. Grâce au succès d'un des modèles, un pull shetland, il inaugure en 1975 sa première boutique, qu'il baptise Zara. Amancio Ortega prend le pari de réaliser à la chaîne des vêtements de prêt-à-porter inspirés des plus grands couturiers de luxe. Une idée de génie qui propulse sa marque au sommet de l'industrie textile et lui permet d'acquérir d'autres marques. Marta Ortega, héritière de l'empire Inditex, a longtemps été vendeuse dans les boutiques de la chaîne, son richissime père souhaitant qu'elle commence comme lui au bas de l'échelle.

 

4. Warren Buffett: 58,2 milliards $

Des investissements permanents

Depuis sa petite ville natale d'Omaha, dans le Nebraska, qu'il n'a quasi jamais quittée, Warren Buffett prend progressivement dès 1956 le contrôle d'un groupe textile coté en Bourse, Berkshire Hathaway. Malin et visionnaire, le financier en fait une société portefeuille à travers laquelle il réalise de larges investissements. Il commence par acquérir une compagnie d'assurances, National Indemnity, en 1967. Aujourd'hui, il détient une quarantaine de participations cotées dans des sociétés très diverses mais leaders sur leurs marchés respectifs. En un demi-siècle d'activités, le succès de Warren Buffett ne s'est jamais essoufflé: la valeur de son actif a progressé en moyenne de 21,1 % par an, soit deux fois plus que l'indice boursier américain S&P sur la même période.

 

5. Larry Ellison: 48 milliards $

Son premier client: la CIA

Le jeune New-Yorkais sans diplôme exilé à Berkeley pour travailler dans l'informatique n'a même pas 30 ans lorsqu'il se voit confier une mission en or au sein de la société Ampex: concevoir une base de données pour un client très particulier, la CIA. Larry Ellison saute sur l'occasion et fonde en 1977 son entreprise de gestion de bases de données, Software Development Labs, qu'il rebaptisera Oracle. Célèbre pour ses prises de risques qui ont fait son succès (mais qui lui ont également presque valu une faillite au tournant des années 90), Larry Ellison parvient à séduire un nombre grandissant de clients de tous bords en se diversifiant, notamment en lançant des logiciels de facturation et des outils bureautiques.

Un dossier à retrouver dans Moustique: a-t-on raison de vouloir copier les riches?

Les plus lus

Notre Selection