Mobilité, revenus, consommation: voici ce qui changera ce 1er janvier

@BelgaImage
@BelgaImage
Teaser

Le changement d’année s’accompagne de toute une série de changements qui impacteront le portefeuille des Belges, parfois positivement, parfois pas…

Ce vendredi, la Belgique fête la nouvelle année avec toute une série de mesures. Alors que certaines étaient attendues, d’autres ont été influencées par le contexte actuel. Et la liste est longue, de la réforme de la mobilité bruxelloise à la nouvelle structure du droit passerelle en passant par les nouveaux tarifs pour toute une série d’achats. Voici le récapitulatif complet de ce qui se passera le 1er janvier.

Consommation: des prix à la hausse pour plusieurs produits

Les changements les plus concrets pour tous, ce sont évidemment sur les achats quotidiens. Plusieurs augmentations de prix seront à l’ordre du jour. Sans surprise, il y a d’abord le paquet de cigarettes (20 pièces) qui passera de 6,80€ à 7,50€. Une hausse importante mais qui reste bien en-dessous de la France (de 9,60€ à 10,50€). La Belgique en profitera aussi pour supprimer les dernières exceptions à l’interdiction de publicité sur le tabac. Autre nouveau tarif: les timbres de Bpost. Les prix changeront pour le timbre-poste Non Prior (distribution dans les trois jours ouvrables), le timbre Prior (distribution le jour ouvrable suivant), l’envoi normalisé vers l’Europe et le tarif international. Pour les produits de courrier national, la hausse sera d’environ 6%, ce qui représente un impact global sur le budget mensuel d’un ménage de 0,2€. Les prix augmenteront aussi chez Proximus, surtout pour ses packs Tuttimus, Familus et Minimus. Les ménages les plus aisés auront quant à eux un taux négatif sur les dépôts chez ING à partir d’un million d’euros à hauteur de -0,50% sur le solde dépassant cette somme.

Certains produits auront un traitement particulier dès 2021. C’est le cas des matelas pour lesquels tout achat s’accompagnera d’une contribution environnementale d’un montant variable pour couvrir les coûts spécifiques liés à ce produit et financer la recherche en innovation. En contrepartie, les consommateurs pourront rapporter les anciens matelas gratuitement au recyparc. Les propriétaires de drones pourront de leur côté remercier l’Europe: la nouvelle législation européenne allègera la règlementation actuelle. Les drones pourront voler partout, sauf zones protégées.

Les Wallons connaîtront enfin deux changements spécifiques à leur région. Dès le 1er janvier, les ustensiles en plastique à usage unique (notamment pour l’alimentaire) seront interdits dans les établissements publics (dont horeca et pour les organisateurs d’événements comme des mariages ou des concerts). Les Wallons devront aussi jeter les langes avec les déchets résiduels (et non plus organiques) pour éviter la pollution du compost.

Environnement: une législation plus écologiste

Les Wallons auront aussi des règlementations spécifiques en matière énergétique. À partir de vendredi, une grille indicative permettra de mieux mesurer le coût indicatif d’une location en fonction des frais énergétiques d’une habitation. D’autre part, les nouveaux bâtiments devront atteindre le standard Q-ZEN, ce qui revient à exiger une consommation quasi-nulle en énergie (notamment via une amélioration de la production et de la récupération de la chaleur).

Ce sont cela dit tous les Belges qui verront les tarifs sociaux pour l’énergie (accordés aux ménages les moins aisés) augmenter de 10% pour l’électricité et de 15% pour le gaz naturel, en suivant les prix du marché. Et à plus grande échelle, tous les Européens seront interdits d’exporter les déchets plastiques difficiles à recycler, pour limiter l’impact environnemental dans des pays tels que l’Indonésie.

Mobilité: les automobilistes cibles de plusieurs modifications

Le changement phare de 2021 en matière de mobilité, c’est bien sûr la généralisation de la zone 30km/h à toute la région bruxelloise. Seuls les grands axes seront épargnés tels que ceux de la petite (R20) et grande (R21) ceinture de Bruxelles, la N3, etc. Dans les zones de rencontre, la limite sera fixée à 20km/h.

Les automobilistes découvriront aussi en 2021 quatre nouvelles plaques d’immatriculation (professionnelle, marchande, essai et nationale) et une grille tarifaire du contrôle technique simplifiée en Wallonie (qui pouvait jusqu’ici se décliner en 30 tarifs différents). Par contre, les Belges possédant une voiture de société verront certains de leurs avantages s’envoler. Le mécanisme «cash for car» disparaît ainsi pour de bon et il ne sera plus possible d’échanger ce type de véhicule contre un montant net mensuel allant jusqu’à 700€. De plus, les taxes pour les voitures de société augmenteront. Le but de ces mesures : inciter à utiliser les transports en commun et concrétiser financièrement les coûts en CO2.

Pour les transports en commun justement, la SNCB va permettre l’achat de pass Standard Multi, Youth Multi et Local Multi via son application. Ils coûteront moins cher que la version papier. Quant au Brexit, qui aura vraiment lieu ce vendredi, il aura une conséquence insolite à la gare du Midi où naîtra une zone «duty free», au terminal Eurostar. Une petite consolation comparée à la complexification des contrôles aux frontières.

Revenus: une longue liste de changements

Du côté des salaires et de la fiscalité, il y aura d’abord toute une série de gagnants. Premier exemple: les allocations minimales de chômage seront en hausse de 1,125 % à chaque nouvelle année, hors indexation, pendant toute la législature actuelle. Les pensions les plus basses (qui concernent 815.000 personnes) bénéficieront de leur côté d’un relèvement chaque début d’année pendant quatre ans pour arriver à une augmentation totale de 22,5% en 2024 (soit environ 360€ par mois pour un ménage). Les personnes handicapées ne devront plus payer le «prix de l’amour», à savoir la baisse de leur allocation de remplacement de revenus si elles se mettent en couple. Les 470.000 employés de la commission paritaire 200 auront quant à eux une hausse salariale de 0,95%, sur base de l’inflation.

Les derniers changements sont plus d’ordre conjoncturels mais pas moins importants. Le droit passerelle bénéficiera ainsi d’un nouveau dispositif en deux piliers plus adapté à la crise sanitaire actuelle. Le premier pilier concernera les interruptions totales d’activité causées par le coronavirus, et le second offrira une aide aux indépendants n'ayant pas bénéficié du droit passerelle en 2020 tout en ayant une chute de 40% de son chiffre d’affaires dans le mois précédent (comparé à la même période en 2019).

Citons enfin pêle-mêle quelques points. Le précompte immobilier wallon sera désormais pris en charge par l’administration fiscale wallonne. Le prêt "Coup de pouce" wallon (qui permet aux particuliers de financer des entreprises et des indépendants) sera reformaté pour modifier les avantages fiscaux octroyés aux particuliers. Bruxelles diminuera l'octroi des certificats verts pour les nouvelles installations (dans le reste du pays, elles ont été abandonnées en 2014). Toujours à Bruxelles, le paiement de l'allocation d'aide aux personnes âgées sera assuré par Iriscare à ceux domiciliés dans la capitale, indépendamment de la nationalité (contrairement à avant). Quant au fameux congé de paternité, il passera de 10 à 15 jours dans toute la Belgique, puis à 20 jours en 2023.

Sur le même sujet

Plus de Actu

Les plus lus