La série du jour: Doc

Doc TF1
Doc TF1
Teaser

Dès ce soir, TF1 diffuse une nouvelle série médicale italienne qui réinvente le genre grâce à son scénario original.

Diffusion le 6 janvier à 21h05 sur TF1

La série a été un véritable succès d'audience lors de sa diffusion sur la Rai. Un carton tel que cela a vite attiré l'attention. Résultat: il n'a même pas fallu attendre un an pour que TF1 s'en empare et pour que Doc traverse les Alpes. Mais qu'a donc cette série pour être si spéciale?

A priori, le début du premier épisode n'est pourtant pas très convaincant. On y découvre une sorte de Dr. House bis, avec un médecin chef de service, Andrea, surdoué mais aigri. En s'arrêtant là, on pourrait presque croire à du réchauffé, bien loin de ce que l'on est en droit d'espérer. Mais après, tout bascule!

Andrea se fait tirer dessus et oublie ses douze dernières années à cause d'une balle dans la tête. En un instant, il redevient l'homme qu'il était en 2008, jeune père de famille comblé et bien plus amical. Mais en douze ans, il s'en est passé des choses, et c'est ce qu'on découvre plus ou moins en même temps que lui. Car ses collègues sont loin de tout lui dire sur sa vie oubliée, au premier rang desquels son ex devenue directrice de l'hôpital ou plusieurs de ses amis qui cachent aussi de grands secrets. Et alors que certains tentent de lui faire retrouver la mémoire, d'autres redoutent par-dessus tout que cela arrive.

Ce scénario, inspiré d'une histoire vraie, se distingue donc par sa complexité qui bouleverse le schéma habituel. Contrairement à d'autres séries médicales comme Good Doctor, le héros représente moins ici un centre de gravité qui écrase les autres personnages. Ces derniers ont leur place pleine et entière et cela donne un tissu narratif intéressant. Certes, on pourrait dire que Grey's Anatomy fait de même, mais Doc a en plus une dimension psychologique particulièrement poussée. En résumé: une belle surprise qui vaut la peine d'être découverte, surtout pour les fans du genre.

 

Plus de Aucun nom

Les plus lus