Six séries à voir d'urgence

The Boys, toujours aussi gore. - Amazon Prime
The Boys, toujours aussi gore. - Amazon Prime
Teaser

Rien de tel qu'une séance de binge-watching pour se divertir en ces temps de confinement. Suivez le guide.

The Queen's Gambit

C'est la nouvelle série addictive de Netflix. Portée par la captivante Anya Taylor-Joy, The Queen's Gambit a rendu les échecs fascinants, en racontant le parcours d'une jeune prodige dans ce milieu dominé par les hommes. De tournoi en tournoi, Beth Harmon, orpheline suite à la mort de sa mère rongée par la maladie mentale, enchaîne les victoires et gravit les échelons. Jusqu'à se frotter aux maîtres du jeu, les Soviétiques. Mais l'ascension de cette championne névrosée est rapidement freinée par ses addictions aux drogues et à l'alcool. Illustrés par une photographie léchée de l'Amérique des années 1960, ces sept épisodes se dévorent d'une traite. Même si vous n'y connaissez rien aux échecs.

The Undoing

Les fans de Big Little Lies craqueront certainement pour cette mini-série produite par HBO. Et pour cause, elle réunit à nouveau l'actrice Nicole Kidman et le showrunner David E. Kelley, devant et derrière la caméra. Le casting est complété par Hugh Grant qui poursuit son émancipation des comédies romantiques. Dans The Undoing, le duo interprète un couple privilégié Grace et Jonathan Fraser - elle, psychothérapeute ; lui, oncologue pédiatrique - mène une vie rêvée. Jusqu’au jour où la mère d'un adolescent qui fréquente le même établissement que leur fils est retrouvée morte, assassinée à coups de marteau. Au même moment où Jonathan disparaît. Entre série policière et critique sociale, on assiste alors à l'effondrement du mythe de la famille bourgeoise idéale, au sein de laquelle les apparences sont souvent très trompeuses.

Normal People

Pépite de cet été, Normal People a récolté un succès encore bien trop discret de notre côté de la Manche, loin de celui qu'elle mérite. Adaptée du roman de l'Irlandaise Sally Rooney, la série de la BBC retrace l'histoire d'amour entre deux étudiants, depuis leurs années d'école dans une petite ville de l'ouest de l'Irlande jusqu'à leurs études universitaires au Trinity College. Elle s'appelle Marianne, solitaire et arrogante. Il s'appelle Connell, sportif et sensible. Si le pitch peut paraître ordinaire, cette romance brille par cette simplicité sincère et sa justesse presque mélancolique.

The Crown

Du côté des nouvelles saisons, impossible de passer à côté de la quatrième de The Crown. Diffusée sur Netflix, la saga royale se concentre toujours sur le règne d’Elizabeth II. Mais la vedette lui est volée par deux autres femmes qui ont marqué les années 80: la princesse Diana et la Première ministre Margaret Thatcher, interprétées respectivement par Emma Corrin et Gillian Anderson.

Dix pour cent

Côté français, on retiendra la fin des aventures des agents artistiques d'ASK, désormais entre les mains d'Andrea, control freak interprétée par Camille Cottin qui a repris les rênes de l'agence en crise. En quatre saisons, Dix pour Cent est devenue un modèle de réussite, au-delà des frontières françaises. La preuve, l'actrice américaine Sigourney Weaver apparaît en guest, tout comme Jean Reno, Charlotte Gainsbourg, Franck Dubosc, Mimi Mathy et on en passe. Du beau monde, comme toujours, pour cette dernière saison.

The Boys

Dans l'overdose de Marvel, DC Comics et compagnie, The Boys fait figure d'exception, en présentant des super-héros pas si super. Dans la deuxième saison, toujours aussi gore, Billy Butcher et sa bande cherchent à faire tomber la puissante société Vought, créatrice des Sept, une version corrompue et sociopathe des Avengers.  mes sensibles s'abstenir.

Sur le même sujet

Plus de Aucun nom

Notre Selection