Nouvelle stratégie de testing: voici ce qui change dès lundi

Les personnes asymptomatiques de retour dans les centres de dépistage. - Belga
Les personnes asymptomatiques de retour dans les centres de dépistage. - Belga
Teaser

C'est un retour aux anciennes règles. Ou presque. À partir de ce lundi, les personnes asymptomatiques pourront à nouveau se faire tester, sous certaines conditions. On fait le point.

Après avoir modifié la stratégie de testing le 19 octobre dernier afin d'alléger la pression sur les centres de tests et les labos, débordés par la seconde vague de Covid-19, la politique de dépistage change à nouveau. À partir de ce lundi 23 novembre, les personnes asymptomatiques pourront donc à nouveau se faire tester, à condition d'avoir été en contact avec un cas positif ou de revenir d'une zone rouge.  

En pratique, les personnes identifiées comme contacts à haut risque recevront un code par SMS, par le biais du service du suivi de contacts, qui leur permettra de prendre rendez-vous dans un centre de dépistage sans passer par leur médecin généraliste. Les voyageurs revenant d'une zone rouge recevront, eux aussi, un code après avoir rempli le Public Health Passenger Locator Form, obligatoire pour les séjours à l'étranger de plus de 48 heures.

« En dehors de ces situations, un médecin généraliste peut bien sûr toujours créer un code d’activation suite à sa propre analyse des risques ou pour les cas où la procédure ne pourrait pas être suivie », rassurent les services du commissaire fédéral Pedro Facon dans un communiqué.  

Bouchons en prévision?

Avec ce retour aux anciennes règles, il est logique de se demander si on ne va pas observer les mêmes bouchons qu'en octobre dernier. Les centres de dépistage vont-ils cette fois tenir le coup? Herman Goossens, président de la taskforce dédiée à la stratégie de testing, est confiant. Les laboratoires ont profité en effet de ce mois plus calme pour optimiser et étendre la capacité de tests. Ils devraient ainsi pouvoir traiter 90.000 tests par jour et 115.000 d'ici le mois de janvier.

Un test Covid réalisé dans une voiture

- BELGA

« Je suis optimiste. On devrait pouvoir maîtriser la demande, et les laboratoires ne seront plus submergés », a déclaré au Soir le microbiologiste à l’Université d’Anvers, estimant qu'« il ne devrait pas y avoir de problème » pour obtenir les résultats dans les 24 heures.

Jour 7

Pour atteindre cet objectif, la stratégie peut compter sur une autre nouveauté: les personnes considérées comme « à haut risque » devront faire un test sept jours après le contact rapproché avec un cas positif ou le retour en Belgique, contre cinq jours auparavant. Cela permettra en théorie de ne plus passer à côté de nombreux cas et de détecter les présymptomatiques.

Pour réaliser ce test, c'est simple: prendre rendez-vous sur le site Ma Santé, sur lequel sera disponible le résultat. Il est également possible de lier le test au code à 17 chiffres généré par l'app Coronalert, pour les personnes qui ont téléchargé l’application.

L'importance de la quarantaine

Et après? On le sait, tester n'est pas suffisant. Il faut que le reste suive, à savoir le contact tracing et le respect de la quarantaine, fondamental pour briser les chaînes de transmission du virus.

Si ce test est positif, le contact à haut risque est placé en isolement pendant au moins sept jours à compter du jour où le test a été effectué. Si ce test est négatif, vous pouvez sortir de votre mise en quarantaine, tout en maintenant une vigilance accrue pendant un total de quatorze jours après le dernier contact à haut risque.

Si aucun test n'est effectué, ou si le résultat du test n'est pas disponible à temps, la quarantaine des contacts à haut risque asymptomatiques cesse après dix jours à compter du jour du dernier contact à haut risque. Cette quarantaine est ensuite suivie d'une période de quatre jours de vigilance accrue.

Sur le même sujet

Plus de Aucun nom

Notre Selection