La dénazification: Une traque en pointillés

La dénazificattion RTBF
La dénazificattion RTBF
Teaser

Après la guerre, les nazis ont vécu une vie paisible. Ce soir sur La Trois, Retour aux sources raconte pourquoi.

Certains continuent à croire que le procès de Nuremberg a permis le “grand nettoyage” tant attendu, soit l’éradication des plus sordides meurtriers et de l’idéologie la plus nauséabonde de l’Histoire. En réalité, le verdict n’a abouti qu’à la condamnation de... douze responsables du Troisième Reich.

Un chiffre totalement anecdotique face aux centaines de tortionnaires qui ont réussi à échapper tranquillement aux griffes de la justice et qui ont mené une vie paisible jusqu’à leur mort. C’est bien simple: aujourd’hui, septante-cinq ans après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, des dizaines de procédures pour crimes nazis sont toujours en cours en Allemagne.

Retour aux sources explique en détail les coulisses de cette fuite organisée, dont les filières étaient multiples. D’un côté, il y a les soldats de l’ombre de la Guerre froide qui, dès 1947, ont considéré que les nazis n’étaient plus les ennemis à abattre: les États-Unis ont pris les communistes pour cibles, tandis que les Russes ont placé les capitalistes au centre de leur viseur. Dans les deux cas, les ex-cerveaux nazis, jusque-là diabolisés, sont miraculeusement devenus des recrues précieuses, à qui les services secrets ont offert des identités toutes neuves.

La récente série Hunters, sur Amazon Prime Video, aborde le sujet à sa manière (c’est-à-dire en s’octroyant quelques libertés par rapport à la réalité). Élodie de Sélys, elle, fait confiance à un documentaire imaginé par l’un des coréalisateurs de la formidable série Apocalypse, alias Mickaël Gamrasni, afin de raconter cette “dénazification” inachevée. Un documentaire qui traverse l’histoire allemande en sortant des tiroirs des images d’archives qu’on aurait préféré ne jamais devoir ausculter. Et qui rappellent aussi bien les raisons d’une traque perfectible que celles d’un deuil impossible.

Pour les interventions et le générique de ce programme, cliquez ici

Plus de Médias

Notre Selection