L’art pour s’émanciper

Le temps où les Arabes dansaient  RTBF
Le temps où les Arabes dansaient RTBF
Teaser

Ce soir, sur La Trois, rencontre avec les artistes du monde musulman qui veulent résister au conservatisme islamiste

Vivre librement de son art peut être déjà difficile en soi, mais dans les sociétés musulmanes, cet idéal est encore plus compliqué à atteindre. Les intégristes religieux y exercent une influence telle que dans ce contexte, tout ce qui touche à la culture est de plus en plus relégué dans ce qui est interdit au nom de la charia. C’est le constat que pose ce documentaire réalisé par le Belgo-Marocain Jawad Rhalib.

Les arts musulmans, pourtant si riches, voient leur épanouissement limité par la rigidité actuelle des valeurs insufflées par les salafistes. Pour le montrer, le réalisateur se veut exhaustif. Il rencontre à la fois des danseurs, des comédiens ou encore des chanteurs, que ce soit au Maroc, en Égypte, en Iran ou dans les communautés musulmanes de Belgique. À chaque fois, c’est un peu la même histoire: face à la pression du fondamentalisme, la question de l’autocensure se pose à eux, alors qu’ils voudraient s’exprimer bien plus ouvertement.

Ça, c’est pour le cadre général, mais ce documentaire veut aller beaucoup plus loin dans l’analyse. Le but ici est de véritablement sonder les sociétés musulmanes qui ne se résument bien sûr pas qu’à quelques progressistes face à une masse intégriste. On découvre ainsi aux côtés de ces artistes le commun des musulmans, qui se taisent publiquement mais qui critiquent le rigorisme ambiant en privé. Le réalisateur s’attache aussi à comprendre comment la culture musulmane, encore très libre il y a quelques décennies, a pu autant se rigidifier depuis.

Enfin, outre cette nostalgie d’un passé révolu, il y a l’attente d’un futur plus ouvert. C’est là où se croisent les différentes facettes du film. Pour défier l’intégrisme, ces artistes portent haut et fort la voix de ceux que l’on n’entend pas, comme un acte de rébellion pour se libérer du joug fondamentaliste. On en retient un message de tolérance, d’espoir et d’optimisme.

Plus de Médias

Notre Selection