Comment acheter local pour aider les commerces belges pendant le confinement

- Unsplash
- Unsplash
Teaser

À l'approche des fêtes, les appels à « consommer belge » se multiplient pour soutenir l'économie locale frappée par la crise du coronavirus. Plus facile à dire qu'à faire? Voici quelques conseils.

Ce Noël sera particulier, la recherche de cadeaux aussi. En raison du confinement, prévu en théorie jusqu'à la mi-décembre (la France songe déjà à un prolongement), les plus organisés sont privés de leur traditionnel repérage tandis que les retardataires voudront éviter l'afflux des courses de dernière minute en pleine deuxième vague de Covid-19. La tentation de se tourner vers les géants du web, comme Amazon, est grande, mais peu idéale à l'heure où de nombreux commerçants belges risquent la faillite.

Pour participer à la relance économique, les autorités ont d'ailleurs appelé les citoyens à consommer belgo-belge, lors du dernier comité de concertation. « C'est l'occasion de rappeler à chacun de soutenir le commerce local en commandant près de chez soi plutôt que sur des sites internationaux », avait déclaré Elio Di Rupo, rappelant que le « click and collect » est permis cette fois pour les commerces considérés comme non-essentiels, malgré leur fermeture. Il est donc possible de commander par téléphone ou par internet auprès de vos magasins habituels.

Diverses plateformes

Avouons qu'il est toutefois difficile de choisir ce que l'on va mettre sous le sapin sans l'avoir vu même virtuellement. Pour celles et ceux en manque d'inspiration, plusieurs initiatives ont vu le jour afin de soutenir les commerçants. Citons d'abord acheterlocal.be lancée par une vingtaine de commerçants lors du premier confinement car « acheter belge n'a jamais été aussi important ». Près de huit mois plus tard, la plateforme a grandi, comptant désormais plus de 1.300 magasins recensés par catégorie ou par commune. Mais certains pourraient regretter l'absence de présentation. Seuls le nom, la catégorie et l'adresse sont en effet mentionnés.

Plus pratique, les e-shops belges est une autre plateforme noir-jaune-rouge, lancée gratuitement par trois entrepreneurs. Elle recense pas moins de 600 boutiques en ligne, made in Belgium, classées par catégorie: alimentaire, bien-être, déco, enfance, loisirs, mode et zéro déchet. Pour nous faciliter la tâche, une rubrique est même dédiée aux cadeaux. Et cette fois, les consommateurs peuvent se laisser guider par les quelques lignes présentant chaque enseigne, avant même de chercher un produit en particulier.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La solution pour faire ses achats auprès de commerçants et indépendants belges 🇧🇪💪🎄

Une publication partagée par Les e-shops belges (@leseshopsbelges) le

Pour aider les commerçants qui n'ont pas le temps, ni l’argent, ni les connaissances pour créer un site internet, des initiatives ont également vu le jour au niveau communal. C'est le cas par exemple de #MaZone, créée par l’ASBL Group One soutenue par la commune d'Ixelles. Elle propose aux commerçants locaux une meilleure visibilité numérique. Dans le même but, d'autres villes ont centralisé les commerces qui proposent à leur clientèle la livraison à domicile ou le retrait, en les mentionnant sur leur site internet.

Ces listes communales et initiatives citoyennes révèlent un manque véritable: il n'existe pas de plateforme commerciale de référence en Belgique. Les pouvoirs publics ont un rôle à jouer dans la confection de cet outil qui pourrait utilement soutenir l'économie locale.

Consommer autrement

Les géants du web nous ont habitués à trouver ce que l'on cherche en quelques clics. Soyons honnête ajouter un critère supplémentaire de proximité ne va simplifier votre démarche. Passer par des sites moins expérimentés non plus. Mais l'occasion est peut-être belle d'offrir des cadeaux différents cette année tout en soutenant l'économie locale. Pa exemple, pour les restaurateurs, on pensera à offrir un «bon» pour aller manger dans leurs établissements dès qu'ils pourront rouvrir. Pour les acteurs du tourisme, on réservera un week-end ou plus, afin de découvrir le plat pays. On peut également citer des ateliers, des abonnements et d'autres expériences à partager pour soutenir les entrepreneurs indépendants et la culture.

Plus de Tendances

Notre Selection