Testez les cures de saison

@Adobe
@Adobe
Teaser

Pour que l'automne ne réveille pas d’anciennes douleurs mais rime avec énergie renouvelée, optez pour une discipline alimentaire adaptée en suivant les conseils de Candice Kother.

Presque tout ce qui se trouve dans le monde végétal apporte à l’homme des substances médicinales capables de guérir ses maux, mais, surtout, de les éviter. Les fruits et légumes, les fleurs, les plantes aquatiques, les légumes de mer, les moisissures et certaines écorces d’arbres permettent de mettre en place des cures et des monodiètes (un seul aliment, le même, à consommer sur un laps de temps plus ou moins long), soit la méthode thérapeutique la plus ancienne car adaptée à l’être humain et partie intégrante de son environnement originel.  Cette pratique commence à s’introduire dans le mode de vie de certains qui pressentent instinctivement les phénomènes de saturation de l’organisme et tentent de répondre à l’urgence d’élimination des toxines par une mise au repos passagère et salutaire.

L’effort à fournir est léger en comparaison des effets bénéfiques que l’on ressent pendant et après une cure de saison. Pour plus de facilité, lancez-vous dans une première expérience en entamant une monodiète du fruit que vous aimez le plus: votre être tout entier se trouvera transformé. Si cela vous a plu et que vous vous sentez d’attaque pour davantage, faites une cure complète comme décrit ci-dessous. Les cures et monodiètes de saison ne sont pas faites pour perdre du poids au moment où elles sont pratiquées mais pour déclencher un processus de nettoyage des différents organes par la stimulation des fonctions d’élimination. Cela dit, il est évident qu’une perte pondérale est directement mesurable après une cure, ce qui booste votre envie de prendre davantage soin de vous et de faire plus attention à votre plan alimentaire. C’est un réel cercle vertueux. Bonus de taille: cette perte de poids n’est pas à mettre sur le compte d’une fonte musculaire mais démontre le déblocage du processus d’épuration des toxines. 

Quid du régime? 

Le raisonnable nous inviterait à manger 6 jours sur 7 et à consacrer ce dernier jour à la mise au repos des voies digestives par la pratique d’une monodiète. Par manque de temps, surcharge de travail, stress, complications, fuite des réalités, facilité, obligations du quotidien, vie sociale, nous nous réfugions dans une alimentation express, dénaturée et industrielle. Notre métabolisme fonctionnel et originel est détourné et affaiblit par nos mauvaises habitudes alimentaires. La pauvre qualité actuelle de notre alimentation, raffinée et surdosée, amène, d’une part, des carences de plus en plus importantes et d’autre part, un stockage hautement nuisible de produits type sucres et graisses animales saturées. Cette intoxication permanente du corps est donc causée par des poisons logés dans les aliments. La qualité des cellules reproduites est dépendante de celle de la nourriture ingérée. Nous sommes donc, directement, ce que nous mangeons, selon l’expression consacrée.  En cessant d’encrasser l’organisme, celui-ci retrouve son équilibre. Il suffit de faire une cure, pratique et facile à suivre. Il faut toutefois retenir que l’élimination sera à la hauteur de la durée de la cure. Une cure de raisins conduite pendant 10 jours consécutifs amènera un résultat immédiat plus important et plus durable qu’une monodiète d’un jour.

La persévérance est le fil rouge. Cela tombe sous le sens.  Une cure est un dépassement de soi qui ne fonctionne et n’est gérable que quand l’esprit suit. Manger, même peu, doit être un plaisir. La restriction du corps se fait moins sentir si l’esprit a intégré le fait que la nutrition est une méthode qui permet de se faire un bien fou. Il est nécessaire de faire le choix conscient de sa santé, de sa qualité de vie, de sa sérénité, bref de soi pour que la cure soit joyeuse.  Choisissez soigneusement la période de mise en application, sans contrainte sociale ni sentiment de renoncement. Sans cela, la faim s’éveillera et une attitude de refus et d’opposition s’ensuivra. Organisez-vous pour éviter les tentations, surtout la première fois. Faites vos courses la veille et prévoyez les quantités nécessaires pour ne pas avoir besoin de se réapprovisionner. 

Cloisonnez également mentalement votre choix alimentaire et le mode standard de consommation des personnes avec lesquelles vous vivez, adultes et enfants. Ne comparez pas les assiettes, posez un mur mental entre vous, votre moment de cure et la vie qui tourne autour de vous.   Les saisons fournissent aux végétaux leurs principes actifs. Être à l’écoute du rythme des saisons optimise donc la vitalité de l’organisme. Un fruit dans son juste mois sera gorgé de vitamines et de minéraux, mieux et plus facilement assimilés par le corps. Les cures habituelles de printemps sont des cures de désintoxication. Il est question de cures de jus d’agrumes, de fraises, d’asperges, de pissenlit, de chicorée, de radis noir. Les cures d’été sont des cures d’épuration. La cure ou monodiète estivale est à base de cerises, d’abricots, de melon, de légumes verts ou de tomates. Les cures hivernales sont des cures de revitalisation. Pensez champignons/huile d’olive, fruits frais/oléagineux, choux, pommes, carottes. Celles d’automne, dont il est question ici, sont des cures de dynamisation. Elles sont fortement détoxifiantes. Vive les pêches jaunes, les noix, le riz complet, le raisin, le coing, le jus de pomme, le jus d’argousier ou les châtaignes.

L’automne est la saison charnière qui permet le passage de la chaleur de l’été vers le froid de l’hiver. De la bonne préparation de l’automne va dépendre le déroulement énergétique de l’hiver. Les mots-clés de l’automne sont désintoxication, reminéralisation et dynamisation. Le mois de septembre est important pour la tonification de la rate afin d’assurer au mieux la production de la chaleur au cours de la saison suivante, ainsi que la détoxination des intestins et des poumons qui pourront remplir au mieux leurs fonctions d’assimilation et d’oxygénation. Il est nécessaire d’aérer  le sang et d’aider la circulation à se rétablir après les chaleurs estivales. 

Au quotidien…

De manière générale, les aliments de l’automne qui permettent de sentir l’énergie de cette saison sont les aubergines, la bette, le cardon, le céleri branche, le céleri-rave, les choux, la courgette, l’échalote, l’ail, l’épinard, l’oignon, le poireau, le salsifis, l’artichaut, la betterave, la carotte, le navet, la pomme de terre, le potiron, le topinambour et les salades type batavia, chicorée, mâche, roquette. Au rayon fruits: la figue, la mûre, la myrtille, le cassis, la pomme, la poire, la prune, le raisin, le citron, le coing, la châtaigne et l’orange. Au niveau protéines végétales, pensez avocat, champignons, amandes, noix, noisettes, soja, olive, cacahuètes. Les céréales sont importantes: riz, blé, maïs, millet, boulgour, épeautre, semoule. Et nous manquons toujours de légumineuses : pois cassés, pois chiches, haricots blancs, haricots rouges, lentilles.

Les plantes potagères et sauvages améliorent les saveurs et la santé: ail, anis vert, angélique, badiane, carvi, cumin, estragon, genièvre, hysope, laurier, lavande, marjolaine, prêle, romarin, sureau, tilleul, thym, vanille, verveine, persil. Une cure de charbon végétal assure un bon drainage des intestins. Il existe en pharmacie et parapharmacies du charbon végétal sous forme de pastilles à avaler (4 pastilles à jeun le matin) ou en poudre (1 cuillère à soupe diluée dans un peu d’eau à jeun le matin). Rien qu’en faisant cela et en surveillant davantage son alimentation le reste de la journée, vous allez ressentir d’immenses bienfaits. 

La minéralité de fond sera obtenue par la prise d’un comprimé matin et soir de multiminéraux chélatés. Attention à les choisir bien dosés, trop peu leur action sera insignifiante, trop ils créent des perturbations. Demandez conseil au pharmacien. Une cure de vitamines B est nécessaire à cette période en association avec la cure des minéraux afin de permettre une juste assimilation. En effet, la vitamine B1 est assimilée en présence de manganèse, la B2 et la B3 (PP) du phosphore, la B4 du fer et du cuivre, la B5 du calcium, etc

@Adobe

Faites une cure de 6 jours

Consommer bio est mieux et le jus doit être maison. La première phase est celle de la désintoxication. Les 3 premiers jours, alimentez-vous de ces fruits: figues fraîches, abricots, mangue, prunes, pommes, pêches et poires, raisin, coing, orange, citron. Ajoutez des légumes verts. Le tout cru, cuit ou en jus.
À jeun, buvez un grand verre de jus de raisins, myrtilles ou de prunes mélangé à 1/3 d’eau minérale. Au petit-déjeuner, consommez entier le fruit identique que celui absorbé en jus: 250 g de raisins, de prunes ou de myrtilles. Dans la matinée, buvez un grand verre d’un fruit différent que celui du matin, repris dans la liste. Au dîner et au souper, mangez 1/3 de légumes crus, 2/3 de légumes cuits vapeur.  N’hésitez pas à forcer sur les herbes, au choix. À quatre heures, faites comme dans la matinée en ajoutant 1/3 d’eau minérale. Buvez des tisanes stimulantes comme les tisanes de cannelle, de gingembre, de girofle ou de noix de muscade. 
Au bout de ces 3 journées, l’organisme a enregistré le message de désintoxication. Les 3 jours suivants vont déclencher le phénomène d’épuration. Voici ce
que vous devez consommer lors de cette deuxième phase. À jeun, buvez un grand bol d’infusion tiède de thym, sans sucre ni édulcorant. Au petit– déjeuner, buvez un grand verre de jus de fruits d’automne avec 1/3 d’eau minérale. Dans la matinée, buvez à nouveau un verre de ce même jus, sans adjonction d’eau. Au déjeuner et au dîner, faites un grand verre de jus frais de légumes type carottes, radis ou navet additionné de 1/3 d’eau minérale. Au goûter, 1 verre de jus au choix dont 1/3 d’eau minérale. À nouveau, consommez des tisanes dans l’intervalle en gardant à l’esprit que la quantité de liquide journalier ne doit pas dépasser 2,5 litres. 
La troisième phase, celle de la dynamisation peut maintenant prendre place. Entamez à ce moment-ci une cure de compléments alimentaires comme décrit plus haut. En sus, la cure de charbon ou de thym peut démarrer, en traitement de fond, durant 30 jours. Réintroduisez durant 3 jours supplémentaires les aliments au compte-gouttes. À jeun, dans la matinée et au goûter, 1 jus pressé. Au petit– déjeuner, une pomme croquante et quelques pruneaux ou figues sèches mis à tremper la veille dans un verre d’eau. Au déjeuner et au dîner, une soupe
ou une assiette de légumes additionnés de levure de bière et d’une cuiller à soupe de germes de blé en paillettes. Au coucher, une tisane de tilleul, lavande ou oranger. Au deuxième et troisième jour: du fromage blanc, des graines de lin, un peu d’huile de tournesol, une portion de fromage, du pain au soja, une pomme de terre ou du riz complet. 
Au quatrième jour, restez sur les bonnes résolutions et mettez en pratique les bases de l‘alimentation saine, évitant la viande jusqu’au huitième jour post-modification alimentaire. Cette reprise alimentaire permet de consolider les résultats de la détoxination et de dynamiser l’organisme.

Les cures de quatre saisons, 33 cures et monodiètes pour se régénérer, Régine Durbec, éditions Jouvence, 191 p. 
 

Plus de Tendances

Notre Selection