Qui veut la peau des experts ?

Marc Van Ranst - Belga
Marc Van Ranst - Belga
Teaser

Les dernières mesures prises par le gouvernement pour lutter contre le coronavirus vont à l'encontre de l'avis des scientifiques qui se retrouvent, petit à petit, mis sur la touche. Au point que Marc Van Ranst et Erika Vlieghe ont décidé de ne plus parler.

La science a-t-elle encore droit de citer dans les affaires liées au coronavirus ? Alors que les virologues avaient été appelés à la rescousse en urgence au mois de mars, les experts du Celeval (Cellule d'évaluation censée organiser la vie durant la pandémie) se sentent aujourd'hui désavoués par le politique.

Déjà, en août, Emmanuel André (ancien porte-parole interfédéral pour les questions liées au Covid-19), avait lancé au micro de la RTBF que « des membres du gouvernement ont un discours anti-science » et cherchent à « décrédibiliser le discours de la science pour essayer de crédibiliser le discours politique ». Ambiance...

Cette fois, ce sont les dernières mesures prises à la sortie du CNS et le rejet du baromètre de couleurs (chacune accompagnée de mesures spécifiques pour permettre de distinguer la situation de la pandémie dans les différentes provinces et adapter la stratégie) qui semblent avoir jeté un froid entre les deux mondes.

« Lobbies » de l'économie

Mais le mal vient sans doute aussi de la composition même du Celeval. Alors que les points quotidiens des experts virologues ont structuré la société pendant près de six mois, ces derniers ne sont plus majoritaires au sein de la Cellule qui s'est élargie aux experts et « lobbies » de l'économie et de l'événementiel. Et ces derniers cherchent à relancer la machine économique plutôt que de rester prudent pour éviter la propagation du virus.

« La chose la plus frappante, c’est qu’on a intégré dans cet organe de l’État des lobbies, disait encore Emmanuel André en août. Le lobby de l’économie, de l’événementiel. On sent que ce gouvernement est sensible à ces lobbies-là ».

Oiseaux de mauvais augure pour une population lassée

Les virologues comme Marc Van Ranst, Yves Coppieters ou Marius Gilbert sont quant à eux désormais considérés comme des oiseaux de mauvais augure ayant pris un peu trop de place. Or, le monde politique qui se trouve toujours dans un flou entre deux gouvernements, n'a pas l'intention de se mettre à dos une population qui est lassée par toutes ces mesures anti-Covid et souvent contradictoires...

Les scientifiques n'ont clairement plus autant d'influence dans les décisions politiques aujourd'hui qu'ils en avaient en avril. Leurs services apportés (qu'ils offrent en plus de leur travail quotidien) étant à peine défrayé, le manque de considération en pousse plus d'un à quitter le navire gouvernemental. Marius Gilbert a ainsi quitté le Celeval (bien que, toujours pas remplacé, il continue à faire des heures sup'), Marc Van Ranst et Erika Vlieghe se sont lancés dans une grève médiatique. Selon certains observateurs, Marc Van Ranst commençait aussi à faire un peu trop d'ombre à certains ministres...

Bref, les experts scientifiques sont mis sur le banc de touche en attendant un « commissaire au coronavirus » annoncé dans le futur gouvernement. Pour l'heure, si les mesures ont été assouplies, les contaminations continuent d'augmenter, tout comme les hospitalisations, qui étaient pourtant restées sages durant l'été. L'avenir nous dira qui il valait mieux écouter.

Plus de Actu

Les plus lus