En chiffres: la reprise de l'épidémie en Belgique

Les hospitalisations sont en hausse, tandis que les décès restent stables. - Reuters
Les hospitalisations sont en hausse, tandis que les décès restent stables. - Reuters
Teaser

La tendance à la hausse persiste, avec, chaque jour, plus de 800 nouveaux cas détectés en moyenne en Belgique.

Entre le 7 et le 13 septembre en Belgique, le nombre moyen de contaminations au coronavirus par jour a atteint 807,3 cas, soit une hausse de 56%, par rapport à la semaine précédente, annonce jeudi l'Institut de santé publique, Sciensano. Au total, le nombre de cas recensés sur le territoire belge atteint désormais 95.948.

Cette tendance à la hausse est préoccupante, selon les experts. « Le nombre de contaminations double actuellement tous les 12 jours, donc en moins de deux semaines », s'inquiète Yves Van Laethem, porte-parole francophone interfédéral Covid-19. Au rythme actuel, « nous pourrions avoir jusqu'à 1.200 contaminations par jour dans une semaine et 1.600 d'ici quinze jours ».

Hospitalisations en hausse, décès stables

Le nombre d'hospitalisations poursuit également sa hausse entamée il y a une dizaine de jours. En moyenne, 32,6 admissions à l’hôpital ont eu lieu par jour entre le 9 et le 15 septembre, soit une progression de 11,9 admissions par rapport à la période précédente. Si rien n'est fait pour freiner cette reprise de l'épidémie, le nombre d'admissions sera de « 45 par jour la semaine prochaine et 60 dans deux semaines », a alerté le virologue mercredi.

Le nombre de décès reste quant à lui, pour l'instant, stable, avec une moyenne de 2,7 par jour entre le 7 et le 13 septembre, pour un total de 9.935.

Le loup dans la bergerie

Autre phénomène problématique: « le virus est en train de s'infiltrer dans une population plus fragile », a alerté mercredi Yves Van Laethem. « Nous constatons un début d'augmentation des pathologies chez les personnes fragiles et âgées. C'est particulièrement préoccupant. Dans la première semaine de septembre, il y avait 360 infections diagnostiquées chez les plus de 60 ans. Lors de la seconde, on en dénombrait 585. Une augmentation de 1,5 », poursuit l'expert, appelant la population et les politiques à agir pour éviter cette situation. L'entièreté des tranches d'âge sont donc touchées, même si les jeunes dans la vingtaine restent les plus atteints.

Alors que la motivation de la population à suivre les mesures contre le Covid-19 dégringole, le porte-parole a tenu à rappeler que « ce qui nuit à la société, c'est la présence du virus et non les mesures nécessaires pour le juguler ». Malgré cette hausse des contaminations et la remise en question des mesures mises en place, le CNS n'est pas avancé. La prochaine réunion reste fixée à la semaine du 21 septembre.

Plus de Actu

Les plus lus

Notre Selection