Pourquoi les partis politiques changent-ils de nom?

Conner Rousseau, président du parti sp.a, prochainement "Vooruit" - BELGA/Nicolas Maeterlinck
Conner Rousseau, président du parti sp.a, prochainement "Vooruit" - BELGA/Nicolas Maeterlinck
Teaser

Le sp.a devient Vooruit. L'Open VLD veut également faire peau neuve. Waarom?

Ne dites plus sp.a, mais Vooruit, soit « en avant ». Le parti socialiste flamand va changer de nom d'ici la fin de l’année. Un pas décisif dans l'opération de renouvellement « vers un mouvement d’aujourd’hui » que Conner Rousseau a entamée depuis son entrée en fonction. « En coulisses, nous travaillons dur depuis des mois pour renouveler et professionnaliser notre organisation. Pour faire d'un parti classique un véritable mouvement, qui se bat contre l’immobilisme dans la politique et unit les gens dans un projet d'avenir positif, ambitieux et porteur d'espoir. Cela va devenir visible, avec un nouveau nom », a expliqué le jeune président mercredi.

L'appellation « Vooruit » n'a pas été choisie par hasard. C'est en réalité le nom de la coopérative socialiste historique installée dès la fin du 19e siècle à Gand. Après avoir organisé la production et la distribution de pains aux ouvriers, la coopérative s'est diversifiée pour créer un journal du même nom, fonder des pharmacies ou encore ouvrir une salle des fêtes, qui existe d'ailleurs toujours.

Jouant la carte de la nostalgie et de l'émotion, le nouveau nom du sp.a sera donc « un clin d'œil au passé », a indiqué Conner Rousseau, « mais avec le regard tourné vers le futur ». Vers l'avant, donc.

Un exemple à suivre?

Mathias De Clercq (Open VLD) plaide, lui aussi, pour une transformation de son parti en un mouvement ouvert, doté d'un nouveau nom. « Je dis depuis longtemps que les partis traditionnels sont dépassés, tout comme l'opposition gauche-droite. Je suis content de voir que d’autres le pensent aussi », a déclaré le bourgmestre libéral de Gand à De Zondag. « Je trouve que mon parti doit trouver un nouvel élan. Un parti traditionnel doit évoluer ver un mouvement ouvert. C'est ce que fait le sp.a et ce que devrait faire mon parti. Nous devons devenir un mouvement ouvert, pour les membres et les non-membres. De cette manière, l'on fait entrer de nouvelles idées. »

Nouvelle page

Ce ne sont évidemment pas les premiers partis politiques à changer de nom. L'illisible PRL-FDF-MCC devenu MR, PSC devenu cdH, Agalev en Groen… Ils sont tous - sauf Ecolo - passés par là. Avec plus ou moins de succès. Généralement, les partis changent de nom après une défaite électorale. La marque ne plaît plus, il faut donc s'en séparer pour tourner la page et séduire à nouveau les électeurs. C'est également une opération risquée, le but étant de séduire un public plus large, sans perdre pour autant sa base. Pour éviter un échec, ce "rebranding" demeure principalement un simple ravalement de façade, plus qu'une refonte idéologique, puisqu'un parti ne pourra par essence jamais se renier complètement. Un nouveau cap dans la forme oui, dans le fond pas vraiment.

Plus de Actu

Notre Selection