Grande manifestation de la santé: « Cela nous concerne tous directement »

Des membres du collectif La santé en lutte manifestent à Bruxelles - BELGA/LAURIE DIEFFEMBACQ
Des membres du collectif La santé en lutte manifestent à Bruxelles - BELGA/LAURIE DIEFFEMBACQ
Teaser

Le collectif "La santé en lutte" appelle tous les citoyens à venir manifester ce dimanche à Bruxelles pour un meilleur système de soins de santé, basé sur l'humain et non le profit.

Le rendez-vous est pris. Ce dimanche, à partir de 13h, au Mont des Arts dans le centre de Bruxelles, les professionnels de la santé vont crier haut et fort leur colère. Celle que l'on ignore depuis tant d'années. En première ligne durant cette crise, ces soignants réclament plus que des applaudissements : une revalorisation de leurs métiers essentiels au bon fonctionnement de la santé.

« La marchandisation de nos vies tue »

La crise du Covid a mis en lumière ce qu'ils dénoncent depuis longtemps: notre système de santé se détériore. La faute à un définancement structurel du secteur et à une marchandisation des soins. « L'évolution du budget de la santé est inférieure aux besoins réels », dénonce Denis, membre du collectif La santé en lutte qui organise cette grande manifestation. « Cela crée dans les structures hospitalières, les maisons de repos et les institutions de soins un rapport aux soins qui est mercantile, où on va faire plus avec moins de moyens. » De ce fait, on observe une déshumanisation des soins, regrette l'infirmier. « Les budgets alloués par le fédéral n'étant pas suffisants, les hôpitaux vont donc chercher des budgets ailleurs, à savoir dans la poche des patients. Des patients avec des bonnes assurances vont avoir des bons soins, et des patients avec des mauvaises assurances vont avoir des soins de moins bonne qualité », poursuit-il, critiquant cette « médecine à deux vitesses ».
 
« La crise sanitaire a montré à quel point les soignants sont dévoués et se démènent, et la mauvaise gestion des politiques », rappelle Denis. Pour le collectif La santé en lutte, c'est néanmoins tragique qu’il ait fallu une pandémie et des milliers de morts pour que l'on pose un regard sur leurs revendications.

Logique inhumaine

Le plan à 600 millions d'euros pour le secteur des soins de santé n'est pas suffisant, si « la logique générale ne change pas », explique l'infirmier militant. « Nous fonctionnons toujours sur base d'enveloppes fermées. Il n'y a pas de refinancement du secteur en soi, il y a des pansements sur des jambes de bois. Nous sommes toujours dans une logique de rentabilité des soins, avec une austérité sur les budgets », dénonce-t-il. L'urgence est à un changement de paradigme, pour obtenir un système de santé qui puisse enfin garantir un accès aux soins de qualité à toutes et tous, et en tout temps, ainsi qu'un vrai bien-être au travail. Comment? En accordant le financement en fonction des besoins en soins de la population, et non l'inverse. « Le système actuel préfère mettre en valeur ce qu'il aura dégagé comme profit ou économie, plutôt que la qualité humaine », regrette Denis. « Le temps d'humanité, qui est un temps inquantifiable, est passé à la trappe, alors que c'est la base de notre métier. » Il est temps que cela change.

Appel aux citoyens

Le collectif La santé en lutte appelle tous les citoyens, travaillant dans le secteur ou pas, à descendre dans la rue ce dimanche. « Car cela concerne directement leur santé », rappelle l'un de ses membres. Les soignants veulent en finir avec cette course à la rentabilité, ces cadences infernales et ce management autoritaire qui traite les patients comme des chiffres, pour notre bien-être à tous. « Un jour ou l'autre, on sera dans un lit d'hôpital et ce jour-là on aura envie d'avoir des soins de santé de qualité, avec un personnel qui a le temps humain de nous accompagner. »

Sur le même sujet

Plus de Actu

Notre Selection