Carte des voyages à l’étranger: toujours peu d'orange

@BelgaImage
@BelgaImage
Teaser

Pour ne pas risquer de partir dans une zone rouge, visualisez en un clin d’œil la couleur de votre destination grâce à cette carte actualisée au jour le jour. (Dernière mise à jour de la carte: 8 janvier 2021)

C’est un fait: le coronavirus s’est installé sur le Vieux Continent et il faut vivre avec. Mais quand il est question de sortir de la Belgique, cela devient un peu plus compliqué. De semaine en semaine, voire de jour en jour, le ministère des Affaires étrangères peut changer ses recommandations pour déterminer quelle consigne ont les Belges pour partir à tel ou tel endroit. Alors quand sa destination passe au rouge et devient strictement déconseillée, il vaut mieux être au courant.

L’Europe en voit de toutes les couleurs!

Pour y voir plus clair, voici donc ci-dessous une carte reprenant les recommandations du ministère tel qu’affiché sur la page d’accueil de son site officiel. Celle-ci sera régulièrement tenue à jour au fur et à mesure des modifications opérées par le gouvernement.

À noter cependant que cette carte concerne le voyager aller. Pour le retour, la règle générale est une quarantaine et un dépistage obligatoires lorsque l’on revient de zone rouge, contrairement aux zones oranges où cela est simplement recommandé. Dans le détail, il peut y avoir de petites variations. Quand une zone devient rouge par exemple, le SPF Affaires étrangères autorise pendant deux jours à ce que les personnes de retour en Belgique ne soient pas obligées d’entrer en quarantaine et de se faire dépister pour le Covid-19. Pour les zones vertes enfin, aucune contrainte n'est prévue.

Beaucoup de rouge (et un peu d'orange)

En date du 8 janvier, il est pour ainsi dire impossible de partir en-dehors de la Belgique sans aucune restriction. L'Europe est donc désormais entièrement en rouge, avec quelques régions en orange.

Pour les zones rouges, cela peut vouloir dire deux choses à l'aller. Dans la majeure partie des cas, une restriction est imposée par le pays de destination. Cela peut être l'obligation d'un test, d'une quarantaine voire, dans le pire des cas, une impossibilité d'y faire des voyages considérés comme "non-essentiels" (c'est le cas à Chypre, au Danemark, en Hongrie, Finlande et dans la majeure de l'Espagne). Pour quelques cas toutefois, les autorités n'imposent aucune restriction (en Suisse, Pologne, Suède, Portugal sauf ses îles, Roumanie et Bulgarie). Si une personne s'y rend, elle n'aura donc rien à faire à l'arrivée.

Ça, c'était pour l'aller. Par contre, concernant le retour, un changement important a eu lieu suite au comité de concertation du 30 décembre 2020. Désormais toute personne se rendant dans une zone rouge pendant plus de 48 heures se verra contrainte de se plier à une quarantaine obligatoire de sept jours et à deux tests (un premier lors du retour et un deuxième le septième jour).

Pour échapper à cette nouvelle obligation pour le retour, il faut donc se rendre dans une zone orange (puisqu'il n'y a pour l'instant aucune zone verte). Mais seuls cinq pays européens ont des zones oranges en leur sein: la France (avec la Corse-du-Sud, la Réunion, la Guadeloupe et la Martinique), la Grèce (surtout dans le sud et à l'ouest), l'Espagne (avec une partie des Canaries), l'Islande et la Norvège (avec trois régions côtières). Pour les trois premiers pays, un test négatif suffit pour entrer sur le territoire. L'Islande et la Norvège impose en plus une quarantaine.

Sur le même sujet

Plus de Aucun nom

Notre Selection