Comment le Covid-19 va influencer les prénoms des nouveaux-nés

Un bébé nommé Covid? - Unsplash
Un bébé nommé Covid? - Unsplash
Teaser

Au rayon de prénoms insolites, voici Covid-Marie, Lockdown et Sanitizer… Mais la pandémie risque également d'inspirer les futurs parents de manière un peu plus subtile. Heureusement.

Un prénom n'a rien d'anodin. Chargé de signification, le choix des parents est parfois le reflet d'un certain contexte, ou d'un effet de mode. Toute une génération de Dylan, Kelly et Brandon doit ainsi remercier - ou maudire - la série Beverly Hills, sortie il y a près de 30 ans. Plus récemment, c'est dans Game of Thrones qu'ils ont puisé leur inspiration, avec Khaleesi, Arya et même Tyrion. Juno, Lux, Amaro et Willow ont eu également un certain succès ces dernières années… grâce aux filtres Instagram. Ce n'est donc pas surprenant que l'actuelle crise sanitaire, qui bouleverse le monde entier depuis plusieurs mois, influe sur les prénoms donnés aux nouveau-nés.

Génération Covid, littéralement?

Des prénoms liés à la pandémie ont déjà vu le jour. Parmi eux, on retrouve Covid et Corona, des jumeaux nés en Inde le 27 mars. Toujours en Inde, un petit garçon s'appelle Lockdown, soit « confinement » en anglais. Le père aurait fait ce choix afin que son fils « rappelle à tout le monde de prendre des précautions contre le Covid-19, pour se protéger et sauver la nation ». Plus insolite encore, l'hygiène a également été source d'inspiration pour les parents du petit Sanitizer. Aux Philippines, on retrouve également Covid Marie, Covid Rose et Covid Bryant, en hommage au basketteur disparu Kobe Bryant.

Pour la sociodémographe Laurence Charton, spécialisée dans l’étude des trajectoires familiales, « ces prénoms rappellent celui d'Ebola, donné aussi en temps de crise sanitaire », analyse-t-elle dans un article pour The Conversation. « Ainsi, malgré les peurs et les souffrances qui leur sont associées, ces prénoms se veulent aussi échos d'espoir. » Même chose pour les 4.400 personnes baptisées Tsunami à travers le monde, mais surtout au Japon.

Coronavirus, nature et hommage

Des petits Confinement et Corona vont-ils naître en Belgique? Probablement pas, l'Officier de l'état civil se réservant le droit de refuser un prénom, si celui-ci est susceptible de nuire à l'enfant. Cela ne veut pas dire pour autant que l'épidémie n'aura aucun effet sur les patronymes chez nous. Celui-ci sera simplement moins évident.

Selon l'Officiel des Prénoms 2021, publié ce jeudi en France, le coronavirus va accélérer une tendance déjà observée ces dernières années, celle des prénoms qui rappellent la nature et l'environnement. « Il est clair que le confinement s'accompagne pour beaucoup d'un désir de retour à la nature, de campagne », observe Claire Tabarly Perrin, coautrice de l'ouvrage avec Stéphanie Rapoport, à FranceInfo. C'est pourquoi Lila, Avril, Ambre, Lune ou encore Cassis pourraient voir le vent en poupe pour les filles, ainsi que Eole, Ilan (qui signifie 'arbre' en hébreu) et Anatole (qui veut dire 'aube' en grec) chez les garçons.

Les prénoms porteurs d'espoir pourraient également gagner en popularité pendant cette période particulière, comme Victor, Victoire et Victoria, Nour (signifiant 'lumière' en arabe) ou encore Sandro (dérivé du répandu Alexandre, soit le 'protecteur de l'humanité').

En 2021, les prénoms anciens ou plus traditionnels auront toujours la cote. Mais l'autrice remarque ici aussi un impact du coronavirus, à savoir « un raccourcissement du cycle de mode du prénom ». La raison est malheureuse: les parents désirent rendre hommage à des aînés emportés par la maladie. « On s'attend donc à ce que la tendance passe des prénoms populaires dans les années 1920 à ceux des années 1930 ou 1940: Simone, Solange, Marthe, Colette pour les prénoms féminins. Et chez les garçons, Armand, Alfred, Ferdinand, etc. »

D'autres parents vont certainement trouver d'autres moyens pour faire un clin d'oeil au coronavirus, sans pour autant qu'une tendance puisse se dessiner. Comme choisir un deuxième prénom plus insolite ou rendre hommage à des figures rencontrées durant l'épidémie. Rappelez-vous. Quelques semaines après son hospitalisation en raison du Covid-19, Premier ministre britannique Boris Johnson est devenu papa d'un petit garçon. Son nom? Wilfred Lawrie Nicholas. Ce troisième prénom rendait ainsi hommage aux médecins qui lui avaient sauvé la vie.

Plus de Tendances

Notre Selection