#SoundofSilence : l’événementiel belge lance un dernier S.O.S.

Le logo de la campagne.
Le logo de la campagne.
Teaser

Avec une croix orange comme symbole, le secteur de l’événementiel belge lance un grand appel à l’aide. Ses acteurs, à l’arrêt depuis mars, aimeraient pouvoir se remettre à travailler. Car selon eux, il est possible d’organiser des événements en toute sécurité.

En jetant un œil sur votre ordinateur ou smartphone, vous avez probablement remarqué que de nombreux profils et autres pages belges s’étaient parés de croix orange depuis ce lundi. Dessus, une inscription : #soundofsilence.

Il s’agit d’une campagne de soutien au secteur de l’événementiel, durement touché par la crise du coronavirus. En effet, il s’agit d’un des rares domaines professionnels dont les acteurs n’ont pas eu l’occasion de reprendre un semblant d’activité normale.

Une des images du mouvement.

D’après les initiateurs de ce mouvement, qui se définit comme « un groupe de pression pour soutenir le secteur de l’événementiel aujourd’hui et demain », plus de 80.000 personnes travaillent dans ce domaine en Belgique aujourd’hui, « des gens normaux comme vous et moi », précise un slogan. Si on pense facilement aux organisateurs ou aux DJS, un tas de métiers différents ont besoin des fêtes, soirées, concerts et autres business events pour vivre : techniciens son et/ou lumière, société audiovisuelles, loueurs de tentes et de matériel, traiteurs, barmen, serveurs et hôtesses…

La campagne #SoundofSilence invite ses soutiens à partager des statistiques sur le secteur qui permettent de conscientiser le public sur sa taille et son importance. 3.000 sociétés sont en train de péricliter et 70.000 événements annuels qui pourraient disparaître, si le secteur n’est pas relancé ou soutenu.

« C’est énormément frustrant »

De nombreux Belges ont manifesté leur soutien à ce mouvement en publiant une croix orange, ou l’arborant sur leur photo de profil, mais aussi partageant ce texte :

« Aujourd'hui, vous verrez cette croix orange #Soundofsilence apparaître en masse sur la toile. Ceci est un appel qui s'adresse au gouvernement belge et porte sur le fait qu'il est grand temps d’agir... Les acteurs du secteur événementiel et culturel sont à l’arrêt depuis 5 mois. Le silence résonne. Si la santé passe avant tout, il est clair que l'expertise pour organiser des événements de manière contrôlée et sécurisée fait partie intégrante de l’ADN des organisateurs d'événements et de tout fournisseur qui l'entoure. Le secteur a investi massivement dans les mesures pour créer des événements en toute sécurité. Laissez-nous agir... »

C’est également le cas de plusieurs artistes belges comme la chanteuse Selah Sue ou la DJ Charlotte de Witte.

 

😕 #soundofsilence #sos

Publiée par Selah Sue sur Lundi 10 août 2020

 

« Nous voulons unir le secteur et lui donner une voix. Briser le silence », a déclaré Katrien Vermeire, une des initiatrices de ce mouvement, à la VRT. « En Belgique, nous sommes au vraiment au top en ce qui concerne l’organisation d'événements. Mais cela fait maintenant 150 jours que notre secteur est en confinement. Nous voulons crier haut et fort, parce qu’aujourd’hui il ne se passe rien et c’est énormément frustrant ».

Ce que demandent tous les acteurs du domaine, c’est l’opportunité d’organiser des événements, car, pour eux, cela peut être fait en toute sécurité. « Nous savons que nous pouvons organiser des événements « corona-proof », et le secteur a déjà fait preuve de beaucoup d’initiative en ce sens. Mais on ne nous donne pas la chance de montrer qu’on peut faire ça autrement. Pourtant, nous en avons les moyens parce que le contrôle de foules et la gestion des foules de visiteur sont des choses que nous faisons toute l’année. »

Selon Katrien Vermeire, le plus difficile pour le secteur est de constater ce qui est permis alors que les événements sont réduits à 100 personnes en intérieur et 200 dehors. Notamment que les avions puissent voler à pleine capacité. 

Sur le même sujet

Notre Selection