Contre la chaleur, les climatiseurs ne sont pas la meilleure des solutions

@BelgaImage
@BelgaImage
Teaser

Avec la canicule actuelle, les ventes de systèmes de ventilation explosent. Pour de nombreux foyers toutefois, il est préférable de ne pas en acheter et opter pour d’autres solutions.

En été, tout le monde rêve de soleil. Ces jours-ci, les Belges sont gâtés, trop même. Avec des températures qui peuvent atteindre 37°C, ils ne cherchent plus la chaleur, ils la fuient! Conséquence immédiate: une ruée sur les ventilateurs et les climatiseurs au point de mettre à mal les stocks des magasins d’électroménagers. La situation est d’autant plus tendue que la crise a perturbé les chaînes de production, majoritairement chinoises, qui donnent la priorité aux marchés du Sud où, depuis longtemps, les climatiseurs sont très prisés. Le monde entier semble donc en quête d’un peu de fraîcheur. Mais, en Belgique, l’achat de climatiseurs constitue-t-il la meilleure option? À en croire les experts, pas forcément.

Une option mal adaptée à nos latitudes

Passer dans une pièce avec de l’air conditionné, cela peut faire un bien fou. Mais dans le contexte du climat belge, qu’un particulier acquière un climatiseur semble quelque peu inadéquat. C’est en tout cas l’avis de Geoffrey Van Moeseke, chercheur au sein de l’unité Architecture et Climat à l’UCLouvain, qui pointe une solution disproportionnée par rapport à ses alternatives. «Il vaut toujours mieux éviter les climatiseurs pour des questions d’économie d’énergie. Une telle installation coûteuse n’est généralement pas requise chez nous sauf lors d’une période extrême. Ce sont des dispositifs qui vont consommer énormément pour juste une semaine par an».

S’il se préoccupe autant de la voracité énergétique de ces installations, c’est que leur impact climatique est non négligeable. Aujourd’hui, elles sont devenues si nombreuses à l’échelle mondiale que leur utilisation représente chaque année quatre fois la consommation annuelle d’électricité d’un pays comme la France.

Leur achat ne serait justifié que dans un seul cas: quand la configuration du bâtiment a été mal pensée et qu’il n’y a pas d’autre solution. «Par exemple, si on a un studio plein sud avec une seule façade, il est impossible de créer un quelconque mouvement d’air et dans ce cas-là, le climatiseur est la seule option».

Au lieu du climatiseur, les fenêtres

Si les climatiseurs sont à réserver à ces cas particuliers, que faire pour les autres habitations? De l’avis de Sergio Altomonte, professeur en architecture à l’UCLouvain, il vaut mieux adopter des solutions de bon sens plutôt que l’achat d’un système d’air conditionné qu’il faut limiter aux grands bâtiments. Et ce sont vos fenêtres qui peuvent faire la différence. «Elles doivent rester fermées tant que la température intérieure est plus basse que celle extérieure. Dès que la tendance s’inverse, il faut ouvrir. En le faisant des deux côtés du bâtiment, il y a vraiment la possibilité de faire circuler l’air, ce qui a autant de bénéfices en termes de températures que d’un point de vue sanitaire».

«Cela permet d’éviter que les murs chauffent le jour et les laisse refroidir une fois le soleil couché», précise Geoffrey Van Moeseke. «Ce n’est qu’en cas de canicule de 2-3 semaines que les murs deviennent trop chauds pour que cette solution ne marche plus. Mais normalement, sauf erreur de conception du bâtiment, il ne devrait pas y avoir ce type de problème en Belgique».

Recherche fraîcheur désespérément

Si cette solution toute simple peut aider, que faire si l’on a toujours trop chaud? «Si on veut vraiment investir, il est préférable de le faire dans des protections solaires comme des volets et des stores extérieurs. C’est l’investissement numéro un».

Une solution écologique serait celle du «puits canadien», un système de ventilation mécanique où l’air se refroidit en sous-sol l’été (et se réchauffe en hiver) avant d’entrer dans la maison. Mais pour cela, il faut avoir un jardin et être prêt à faire une tranchée dans celui-ci pour y placer la conduite. «Cela fait gagner quelques degrés mais ce n’est pas une climatisation réelle et cela ne va pas refroidir vraiment la maison. Et vu l’investissement, c’est une solution qui ne s’adresse qu’aux villas du Brabant wallon», note Geoffrey Van Moeseke.

Le ventilateur peut aider mais de façon très locale et il a pour gros défaut de brasser de l’air… chaud. Si on est vraiment désespéré, lorsque l’on est dans une habitation mal conçue, il reste le système D: «Après il n’y a que les protections type couverture de protection solaire, comme on met sur les voitures. On peut provisoirement les coller sur une fenêtre, même si ce n’est pas esthétique», conclut Geoffrey Van Moeseke.

Sur le même sujet

Notre Selection