Quand Spotify joue le jeu du Vlaams Belang...

Spotify, média de choix pour le Vlaams Belang - Belga
Spotify, média de choix pour le Vlaams Belang - Belga
Teaser

Le parti d'extrême droite s'invite sur la plateforme de streaming musical avec un podcast « sympathique et humoristique » de Dries Van Langenhove.

Spotify ne propose pas que les nouveaux tubes reggaeton ou le catalogue complet de U2, des Beatles et de tous nos artistes préférés. Le numéro 1 du streaming musical propose aussi des podcasts. La plupart sont en anglais, très peu en français, et quelques uns sont belges. On peut y dégoter, par exemple, l'histoire orale des pirates en plusieurs épisodes, le destin de Serge Gainsbourg, mais aussi des choses moins ciblées qui reposent sur le bon vouloir de quelques personnalités. Parmi celles-ci, Dries Van Langenhove, fondateur de Schild & Vrienden (mouvement de jeunesse nationaliste) et élu Vlaams Belang.

Son podcast est présenté de cette manière : « Êtes-vous fatigué de la désinformation des médias de masse ? Êtes-vous prêt à entendre la dure vérité ? Le podcast de Dries Van Langenhove vous présente les événements les plus marquants de la semaine avec une dose d’humour nécessaire. Attention : vous ne verrez plus jamais le monde de la même manière ». Ainsi, tranquillement, un élu Vlaams Belang raconte sa vision de l'actualité entre deux chansons, parlant de sujets tels que l'immigration, la crise économique, la crise du Covid et son traitement médiatique (un des épisodes s'appelle « Het Laatste Fake News » où il dézingue « les médias de service public qui fonctionnent avec notre argent »). Il en parle comme s'il était un chroniqueur lambda sans que jamais son occupation en politique soit dévoilée.

DR

Autrement dit, les clients Spotify qui écoutent ce podcast ne savent pas de qui il s'agit et ce qui se cache derrière ces podcasts. C’est le problème qu'a pointé du doigt Alexandre Rombaut, qui se qualifie comme citoyen engagé, dans une carte blanche à La Libre Belgique : « Ce qui est dérangeant, et insidieux, c’est qu’il est déguisé en chroniqueur, et non en politicien, pour faire passer son message. C’est que c’est le seul homme politique proposé. C’est que son podcast passe pour une chronique sympathique et humoristique. C’est que Spotify a fait le choix de proposer ses podcasts. C’est que je suis client d’une société diffusant des podcasts d’extrême droite. C’est que Spotify le rémunère à chaque écoute ».

Demandant des comptes à Spotify, il a gentiment reçu une fin de non recevoir – internet est un espace de liberté d'expression. Avant de se rendre compte que les podcasts de Dries Van Langenhove sont également disponibles sur Apple Music et YouTube.

Le Vlaams Belang et la communication digitale

C'est que le Vlaams Belang est un adepte de la communication digitale. Pour nombre d'observateurs politiques, c'est d'ailleurs grâce à cela que le parti d'extrême droite a remporté les dernières élections municipales (remportant 15 sièges à la Chambre et 17 au Parlement flamand), en parvenant à atteindre les primo-votants sur Facebook ou Twitter. Un peu comme Donald Trump l'avait fait avant.

Nicolas Baygert, Docteur en information et communication à l'UCLouvain, expliquait alors à Moustique : « Dries Van Langenhove est habitué à manier la communication politique en ligne avec Schild & Vrienden où il a déjà mis en place tout un réseau et un style de communication qui a été adopté et récupéré par le Vlaams Belang. Son groupe-cible (les jeunes) est déjà habitué à son discours. C’est presque une forme de co-branding qui s’est mis en place puisqu’on avait déjà une marque forte (Schild & Vrienden) qui a bénéficié à l’effort de campagne du Vlaams Belang ». Une campagne qui ne dit pas son nom qui continue aujourd'hui sur Spotify.

Sur le même sujet

Plus de Aucun nom

Notre Selection