Les salles de cinéma vers une mort annoncée ?

Reprise plus que timide pour les salles de cinémas - Belga
Reprise plus que timide pour les salles de cinémas - Belga
Teaser

Le blockbuster Disney « Mulan » sortira uniquement en VOD. Un coup de massue pour les salles de cinéma tandis que les grands studios misent de plus en plus sur la « culture de salon » pour fuir la crise du Covid.

Après un printemps catastrophique, l'été est bien pourri pour les salles de cinéma. Voilà le résumé de la situation. La réouverture du 1er juillet n'est pas la panacée. Epidémie toujours active, mesures anti-Covid comme l'obligation du port du masque qui en a rebuté plus d'un, peu de sorties de films et aucun blockbuster pour attirer la foule... En clair, le public ne retourne pas dans les salles.

Durant le confinement, les exploitants ont perdu entre 18 et 20 millions d'euros de recettes par mois. La reprise plus que timide ne va pas inverser la courbe, surtout avec les reports incessants de tous les blockbusters US qui ont déjà poussé plusieurs cinémas à rester fermés, faute de spectateurs (c'est le cas du réseau de salles Kasim à Rixensart, Stockel et Jodoigne, le Studioskoop à Gand, De Cinema à Anvers...).

Aujourd'hui, nouveau coup de massue : après de multiples reports, Disney a décidé que le blockbuster Mulan sortirait... Uniquement sur sa plateforme de VOD ! De son côté, Universal s'est mis d'accord avec la chaîne de salles obscures AMC aux Etats-Unis pour réduire la durée des fenêtres d'exploitation d'un film à... trois semaines. En bon français : alors qu'il y a quelques années seulement, il fallait attendre 6 mois pour qu'un film sorte en DVD et deux ans pour qu'il passe en télé, désormais, il ne faudra plus attendre que trois semaines pour le regarder chez soi en VOD !

C'est un changement de cap majeur dans l'industrie du cinéma. Désormais, les grands studios ne misent plus sur les salles obscures, mais sur la VOD.

De la culture de sortie à la culture de salon

Fini la culture de sortie, place à la culture de salon. C'est ce qui semble bien se passer. Le changement était déjà dans l'air avec l'arrivée de Netflix qui avait bouleversé ce système bien huilé avec ses productions disponibles uniquement sur sa plateforme. Aujourd'hui que la plupart des studios ont leur service de streaming (Disney +, HBO Max pour la Warner, tandis que Universal est détenu par Comcast, numéro 1 des chaînes câblées aux Etats-Unis) et que la pandémie de coronavirus s'installe dans la durée, la VOD devient le premier pilier de l'industrie du cinéma. Car les studios comptent bien rentabiliser leurs films à gros budget !

Voici donc le concept de VOD Premium. Pour découvrir Mulan ce 9 septembre (le 15, lors du lancement de Disney + chez nous), il vous faudra débourser... l'équivalent de trois tickets de cinéma ! Le prix de l'abonnement à Disney +, à savoir 5,99 par mois auquel il faudra ajouter... 29,99 dollars/euros ! Car, selon la logique financière, avoir accès au film sur son écran personnel, cela implique que la famille et les amis y ont accès aussi. Un véritable home cinema, donc. Quant au cinéma d'avant, celui des salles obscures, avec cette nouvelle logique de cinéma de salon (et même si elle touche plus les multiplex que les petites salles), on est peut-être en train d'assister à sa mort en direct.

Sur le même sujet

Notre Selection