Pourquoi Donald Trump veut se débarrasser de TikTok

L'application TikTok inquiète. - Belga Image/IMAGO
L'application TikTok inquiète. - Belga Image/IMAGO
Teaser

Dans le collimateur du président américain, le réseau social adulé des ados se retrouve au centre d'une cyberguerre opposant la Chine et les États-Unis.

TikTok va-t-il se faire bannir des États-Unis? C'est en tout cas l'intention de Donald Trump. Vendredi soir, le président américain a annoncé qu'il avait prévu de signer dès ce samedi un décret interdisant sur son territoire le réseau social. Lancée en 2016 par l’entreprise chinoise ByteDance, l'application est, depuis plusieurs mois, au cœur d’une passe d’armes diplomatique entre Beijing et Washington.

Soupçonné outre-Atlantique de pouvoir être utilisé par les services de renseignement chinois, TikTok faisait l’objet d'une enquête du CFIUS, l’agence américaine chargée de s’assurer que les investissements étrangers ne présentent pas de risque pour la sécurité nationale. Le réseau social préféré des adolescents a pourtant toujours nié partager des données avec les autorités chinoises et assuré ne pas avoir l'intention d’accepter de requêtes en ce sens.

Bannissement ou rachat?

Mercredi, soit deux jours avant l'annonce de Donald Trump, un groupe de sénateurs républicains américains de premier plan avaient partagé leur crainte… Selon eux, TikTok pourrait être utilisé pour interférer dans les élections présidentielles du 3 novembre prochain. Après le scandale Cambridge Analytica, il serait naïf de penser que ceci n'est pas possible. Cependant, il n'existe aucune preuve tangible pour accuser le réseau social de collusion.

Après cette annonce, plusieurs médias américains indiquaient vendredi que le président voulait imposer au groupe ByteDance de vendre TikTok. Selon le Wall Street Journal et l’agence Bloomberg, le locataire de la Maison-Blanche s’apprêtait à signer un ordre officiel pour obliger la maison mère chinoise à se séparer de la très populaire application, au nom de la protection de la sécurité nationale. D'autres médias américains, dont le New York Times et la chaîne de télévision Fox News, affirmaient de leur côté que le géant informatique Microsoft envisageait de racheter le réseau social qui pourrait valoir des dizaines de milliards de dollars. Ce rachat aurait permis aux États-Unis d'asseoir davantage son leadership dans le domaine technologique.

Donald Trump

Donald Trump, le 30 juillet. - BELGA IMAGE/JIM WATSON

Donald Trump semble avoir opté finalement pour l'interdiction, évoquant le risque d’espionnage et le besoin de préserver la sécurité nationale. Un argument déjà utilisé pour sanctionner le géant de la tech Huawei.

Faut-il avoir peur de TikTok?

Alors qu'il génère de nombreuses inquiétudes en matière de données personnelles, TikTok a souvent dû se défendre de ses liens avec la Chine, où ByteDance possède une application similaire, sous un autre nom, Douyin. « Nous ne sommes pas politiques, nous n’acceptons pas de publicité politique et nous n’avons pas d’agenda. Notre seul objectif est de rester une plateforme animée et dynamique appréciée de tous », a répété encore mercredi le patron du réseau social, Kevin Mayer. Bien que sa maison-mère soit basée en Chine, l'application est dirigée par un Américain, et ses serveurs sont installés aux États-Unis. Le big boss de TikTok, ancien responsable des plateformes de streaming de Disney, affirme également que son réseau social « collecte moins de données que Google ou Facebook », soulevant une nouvelle question: TikTok est-il vraiment pire que ses concurrents américains?

Il y a quelques jours, dans une dernière tentative pour rassurer les utilisateurs et les régulateurs, la plateforme controversée s’était engagée à avoir un haut niveau de transparence et notamment à permettre des contrôles de ses algorithmes. Cela n'a pas convaincu Donald Trump, qui préfère, semble-t-il, suivre la voie de l'Inde. Celle-ci a banni TikTok depuis le 30 juin dans un contexte de conflit militaire avec la Chine, alors que le pays représente 30% des téléchargements de l’application et un milliard de dollars de chiffre d’affaires. L'interdiction sur le territoire américain serait un nouveau coup dur pour TikTok, alors que l'application y compte plus de 30 millions d'utilisateurs actifs quotidiennement.

Sur le même sujet

Plus de Actu

Les plus lus

Notre Selection