A-t-on définitivement perdu Madonna ?

AFP
AFP
Teaser

La star a été rappelée à l'ordre par Instagram après avoir posté une vidéo conspirationniste sur le Covid-19. Ses comportements erratiques sur les réseaux sociaux inquiètent ses fans.

La nouvelle idole de Madonna s'appelle Stella Immanuel, une médecin généraliste basée à Houston, au Texas. Elle est la figure majeure de la vidéo virale que la star a posté sur son compte Instagram mercredi avant que le réseau social n'empêche de la lire – chose qui a été faite sur la plupart des réseaux sociaux occidentaux. La raison ? Fake news !

Dans cette vidéo qui a été partagée des millions de fois sur internet, Stella Immanuel prétend avoir traité 350 patients atteints de coronavirus avec de l'hydroxychloroquine chère au Dr Raoult. «Ce virus a un remède : il s'agit de l'hydroxychloroquine, du zinc et du Zithromax, explique-t-elle. Vous n'avez pas besoin de masque. Il y a un remède ».

Madonna y ajoutant sa touche personnelle en légende du post : « Certaines personnes ne veulent pas voir la vérité. Surtout les gens au pouvoir qui ont la possibilité de gagner de l'argent grâce à cette longue recherche d'un vaccin qui a été trouvé, prouvé et est disponible depuis des mois. Ils préféreront laisser la peur contrôler les gens et laisser les riches devenir plus riches et les pauvres et malades devenir plus malades ».

Instagram

La chanteuse n'est pas la seule influenceuse à relayer des fausses informations au sujet du coronavirus. Mais c'est probablement la plus connue. Son amie Annie Lennox, l'ancienne chanteuse d'Eurythmics, a quant à elle réagi sévèrement aux propos que Madonna a depuis effacé : «C'est de la folie totale ! Je n'arrive pas à croire que tu approuves cette dangereuse charlatanerie. J'espère que ton site a été piraté et que tu es sur le point de l'expliquer».

Journal de quarantaine

A vrai dire, le confinement a été difficile pour la Madone. Après avoir terminé sa tournée chaotique par deux concerts annulés à Paris – pour cause, comme elle dira plus tard, de coronavirus, même si d'autres concerts avaient été annulés pour blessure musculaire (« Quand vous êtes testés positifs aux anticorps, cela veut dire que vous AVIEZ le virus, ce qui a clairement été mon cas puisque j'ai été malade à la fin de ma tournée à Paris il y a sept semaines, comme plusieurs autres artistes de mon show. Mais nous pensions à l'époque avoir une mauvaise grippe »), elle s'est lancée dans un « journal de la quarantaine » pour le moins erratique.

Posté sur les réseaux sociaux tous les jours pendant deux semaines, elle se présentait, le visage bouffi par le botox pour divulguer ses pensées pas vraiment pascaliennes sur la situation sanitaire. Dans une vidéo, elle tape à la machine en écoutant un disque de jazz, façon Jack Kerouac, et invite ses fans à «manger du poisson frit car il n'y a plus de pâtes».

Dans un autre « épisode », elle annonçait sans honte, nue dans son bain de pétales de roses que «ce qui est terrible, c'est que la pandémie nous a tous rendus égaux à bien des égards, et ce qui est merveilleux, c'est qu'elle nous a tous rendus égaux à bien des égards». Certes, mais comme le veut l'adage, certains sont plus égaux que d'autres... Décidément pas facile, la vie d'artiste !

Plus de Aucun nom

Notre Selection