Donald Trump: une diversion qui fait flop

DPA
DPA
Teaser

Le président américain a menacé de reporter les élections présidentielles. Une nouvelle déclaration choc qui tente de cacher des crises économiques et sanitaires qui semblent hors de contrôle

C'est un coup d'éclat que beaucoup avaient vu venir. Joe Biden lui-même avait averti, dès avril, que Donald Trump pourrait tenter de reporter les élections. Dont acte. Dans un tweet dont il a le secret, le président des Etats-Unis a lancé : « Faut-il retarder l'élection jusqu'à ce que les gens puissent voter en bon ordre et en toute sécurité ? » La raison invoquée est qu' « avec le vote par correspondance, 2020 sera l’élection la plus inexacte et la plus frauduleuse de l’histoire ». En vérité, Donald Trump venait probablement de recevoir les chiffres catastrophiques de l'économie américaine...

Le président a-t-il tous les droits ?

Tout d'abord, Donald Trump a-t-il le droit de repousser les élections présidentielles ? En fait, non, l'organisation des élections n'est pas de son ressort, mais de celui du Congrès (et plus précisément de ses deux chambres, la Chambre des Représentants et le Sénat). Ce que le Washington Post n'a pas manqué de relever : « Il n’est absolument pas prévu que le président ait un tel pouvoir ». En clair, il faudrait une nouvelle loi qui change la Constitution (et donc approuvée par les deux chambres) pour permettre au président de reporter les élections.

Cette déclaration visait-elle à amadouer les membres du Congrès américain ? Si tel est le cas, c'est un flop complet. Les démocrates (majoritaires à la chambre) ont logiquement « réagi avec horreur » à cette proposition, selon le New York Times. Mais même du côté républicain (majoritaires au Sénat), « aucun des alliés habituels [de Trump] n’est à bord », continue le quotidien.

Bref, personne (qu'il s'agisse des politiques ou des médias) n'a véritablement pris cette nouvelle déclaration fracassante au sérieux. Et les médias se sont rapidement focalisés sur ce qui était la véritable information du jour : la chute sans précédent du PIB américain qui reflète une récession économique de très grande ampleur. Le PIB (produit intérieur brut) permet de quantifier la production de la richesse dans un pays.

Récession économique historique

Après cinq années de croissance continue sur lesquelles Donald Trump comptait s'appuyer pour sa réélection, l'activité économique américaine a plongé de 9,5%, soit sa chute la plus sévère (et de loin) jamais enregistrée (depuis les années 50). Il est bon de noter que cette récession au second semestre n'est pas propre aux Etats-Unis. En Belgique, l'indice a plongé de 12,2% et même l'Allemagne connaît un ralentissement historique de son économie.

Si ces chiffres étaient attendus, ils s'ajoutent, aux Etats-Unis, à une épidémie qui ne montre toujours pas de signe de relâchement. Chaque jour, 60.000 personnes sont infectées et le nombre de morts au quotidien dépasse les 1.000 personnes depuis une semaine. C'est en Floride et en Californie que le virus frappe le plus. Dans le pays, plus de 150.000 personnes sont décédées du Covid-19.

Editorialiste au New York Times, Paul Krugman a résumé la situation américaine dans un billet titré « Cauchemar sur Pennsylvania Avenue » : « Trump est le genre de boss qui n'est pas capable de faire le boulot, mais qui refuse de s'en aller ».

Plus de Actu

Les plus lus