Shopping seul et 30 minutes maximum : un coup dur avant les soldes

Fini les courses à deux.
Fini les courses à deux.
Teaser

Reportées à août, alors qu’ils étaient très attendus par les commerçants, les soldes devront se faire un par un et en ne restant que 30 min maximum dans le magasin. Le secteur ne comprend pas pourquoi il est visé et espère que tout se passera au mieux.

Parmi les nouvelles mesures de sécurité mises en place cette semaine, une laisse un gout amer aux principaux concernés. Il est désormais à nouveau obligatoire de faire ses achats seul et pendant 30 minutes au maximum.

Une nouvelle que le secteur du commerce digère un peu mal. En effet, le confinement avait déjà sévèrement attaqué les chiffres d’affaires de bon nombre de magasins, et même reporté les tant attendus soldes d’état au mois d’août. Et alors que ceux-ci étaient prêts à démarrer ce week-end, cette nouvelle règle est arrivée comme un coup de massue.

« Les commerçants ont un peu peur », commente Hans Cardyn, responsable communication pour Comeos, la fédération du commerce. « Les derniers mois n’étaient pas terrible, sans parler des 8 semaines de confinement. Et depuis la réouverture, les ventes n’ont pas repris leur niveau normal, il y a tout de même eu une diminution. »

D’après les chiffres de Comeos, les chiffres d’affaires mensuels dans le secteur du prêt-à-porter étaient déjà descendus à seulement un peu plus d’un tiers de celui de l’année dernière en moyenne. En avril, c’était un peu moins de 10%. Avec le déconfinement, les ventes ont été meilleures, mais même en juin, elles n’ont pas atteint les chiffres de 2019. « A ce jour, le secteur de la mode a perdu un milliard et demi d'euros à cause de la crise du coronavirus », précise l’organisation.

Les soldes devaient donc être une belle occasion pour tous les gérants de magasins d’essayer de remonter la pente. « Les déplacer à août était d’ailleurs une mauvaise décision », ajoute Hans Cardyn. « Le moment sera important. On espère que les résultats seront tout de même bons pour rattraper un peu le reste de l’année. »

Il est désormais trop tard pour repousser ces soldes. Ils doivent avoir lieu. « C’est l’opportunité annuelle pour vider les stocks. Et évidemment, cette année, il y en a beaucoup plus que d’habitude avec le confinement. Ils doivent absolument être maintenues afin que les stocks de la prochaine saison puissent rentrer. On ne peut pas tout décaler. »

Pourquoi les commerces ?

Mais ce qui surprend la fédération du commerce, c’est que le secteur soit visé par des mesures plus strictes, alors que tout s’y déroule, semble-t-il, au mieux. « Il n’y a pas de problèmes dans les magasins », assure le directeur communication de Comeos. « Les virologues disent que tout se passe très bien. Ce qui pose problème, ce sont les fêtes, les réunions de familles, le travail, mais pas les commerces. Tout le monde y porte un masque, il y a du gel à l’entrée, le social distancing est bien maintenu, notamment grâce au nombre limité de clients. »

Pour faire face à ce nouveau moment difficile, le Syndicat des Indépendants et des PME, fédération patronale, mais également l’Union des Classes Moyennes et le Syndicat neutre pour indépendants ont tous réclamé plus de soutien au secteur. 
« Les mesures en vigueur à partir de ce mercredi sont la goutte qui fait déborder le vase pour des milliers d’indépendants et de PME. Nous réclamons avec force des mesures d’aides urgentes en faveur des secteurs préjudiciés afin d’éviter une hécatombe de défaillances d’entreprises dans les semaines et les mois à venir », a déclaré Daniel Cauwel, président du SDI, à La Libre.

Plus de Actu

Les plus lus