Formulaire obligatoire pour l’étranger: le mode d’emploi

@BelgaImage
@BelgaImage
Teaser

Le Conseil national de sécurité (CNS) veut renforcer le suivi des Belges en voyage à l’étranger via un nouveau formulaire. Les tour-opérateurs dénoncent un certain flou. Voilà ce que l’on sait.

Ce mois d’août peut être synonyme de véritable bol d’air pour les Belges qui partiront en vacances à l’étranger après un long confinement. Au programme: soleil, piscine, tourisme et… un formulaire à remplir! La Première ministre Sophie Wilmès a en effet annoncé ce 23 juillet qu’elle comptait imposer à ces voyageurs une nouveauté administrative pour mieux suivre les éventuels cas de coronavirus importés d’un autre pays. Il est donc toujours possible de partir à la découverte de l'Europe, à condition de remplir ce fameux document. Dès lors: de quoi est-il question ici, qui est concerné et comment cela se passe-t-il?

En première ligne sur le sujet, l'association belge des tour-opérateurs (ABTO) est en contact avec le gouvernement pour que ces questions puissent trouver des réponses. Pour l’instant, son porte-parole, Pierre Fivet, regrette que la communication gouvernementale soit encore «maladroite et prématurée», avec des précisions qui se font attendre. Malgré tout, les informations commencent déjà à filtrer, comme le fait savoir Sarah Saucin, porte-parole de Tui Belgique, qui appelle toutefois à la prudence. «Tout ce que nous savons doit être confirmé», précise-t-elle avant d’aborder les différentes nouvelles qui lui sont parvenues de l’ABTO.

Les conditions générales déjà connues

Quelques certitudes pour commencer: la Première ministre a précisé que le nouveau formulaire serait obligatoire pour les voyages à l’étranger quel que soit le mode de transport (avion, voiture, à pied) ou la couleur de la zone visitée en lien avec la situation sanitaire locale (verte, orange ou rouge). Il faut ajouter que seuls les voyages de plus de 48 heures seraient concernés. Autrement dit, les Belges à l’étranger auraient l’obligation de remplir le document 48h avant le retour au pays.

A priori, il n’est donc pas question pour les frontaliers de remplir ce document à chaque fois qu’ils feraient une course en France ou au Luxembourg par exemple. Ils pourraient même dormir une nuit chez un ami ou un membre de la famille installé de l’autre côté de la frontière sans être ennuyé. Ce n’est que s’ils restent plus de 48 heures là-bas que le formulaire s’imposerait.

Karine Moykens, présidente du comité interfédéral Testing & Tracing, précise que cette mesure s’impose à partir du 1er août, le temps de mettre en place ce nouveau dispositif. «Les personnes qui partent avant le 1er août mais qui reviendraient par exemple le 3 août doivent par exemple déjà remplir ce formulaire», suppose la porte-parole de Tui Belgique. «Nous contacterons alors directement ces personnes-là par SMS pour les prévenir de cette nécessité».

Formulaire… en anglais

Ça, c’est pour les règles générales. Dans le détail, le formulaire est plus ou moins déjà connu puisque le gouvernement l’a déjà mis en ligne… mais seulement en anglais et en fichier pdf. Sur celui-ci, il faut notamment indiquer ses coordonnées personnelles (nom, téléphone, date de naissance, etc) et celles du transport utilisé (numéro de l’avion par exemple, date du retour, numéro du siège…). Selon Karine Moykens, une nouvelle version de ce document devrait être disponible ce lundi 27 juillet avec des déclinaisons en français et néerlandais. La nouvelle est la bienvenue mais les agences de voyage préviennent: des efforts doivent être faits.

«En l’état des choses, c’est un fichier qu’il faut imprimer, remplir et scanner, ce que nous déplorons puisque l’on voit mal comment les vacanciers pourraient avoir facilement accès à un ordinateur et à une imprimante pour faire cela. L’ABTO a donc demandé à ce que cela soit plus accessible, notamment avec un formulaire en ligne», fait savoir Sarah Saucin. «Pour le moment, avec ce document tel qu’il apparaît sur internet, il faudrait l’envoyer aux autorités gouvernementales directement par mail».

Si la constitution d’une plateforme en ligne semble plus que probable pour accomplir cette tâche administrative, Sarah Saucin précise que dans tous les cas, l’agence de voyage ou le tour opérateur n’interviendra pas pour élaborer le formulaire. «Ce sera une déclaration entre le voyageur et le gouvernement pour signaler le retour au pays. Ce que l’on fera, c’est simplement transmettre à nos voyageurs les informations à ce sujet. La nécessité du formulaire sera rappelée au même titre que les informations générales que nous transmettons déjà à propos de la crise sanitaire par différents canaux».

Plus de Actu

Notre Selection