Le CNS durcit les règles sanitaires et reporte la phase 5 du déconfinement

@BelgaImage
@BelgaImage
Teaser

La Première ministre a annoncé plusieurs mesures complémentaires pour éviter une reprise de l’épidémie au niveau national. À l’échelle locale, les bourgmestres auront plus de marge de manœuvre, notamment en cas de reconfinement local.

C’était redouté et cela se confirme: le gouvernement a décidé de ne pas continuer le déconfinement avec une cinquième phase. Il n’y aura donc pas pour l’instant d’élargissement des bulles sociales. Les foires et les salons ne pourront également pas reprendre pour l’heure et leur reprise n’est envisagée qu’au 1er septembre au plus tôt. La hausse du nombre de cas de Covid-19 constatée ces derniers jours a eu raison de ces possibilités.

Le Conseil national de Sécurité (CNS) a au contraire décidé de serrer la vis en termes de sécurité sanitaire pour tenter de casser cette reprise de l’épidémie. Plusieurs mesures ont ainsi été prises et ce à deux niveaux: national et local.

Une obligation élargie pour les masques et des règles supplémentaires dans l’horeca

Sur le plan national tout d’abord, la mesure la plus importante est sans aucun doute l’élargissement de l’obligation de porter un masque. À partir de ce samedi 25 juillet, ceux-ci seront obligatoires non seulement dans les lieux publics déjà concernés mais également «sur les marchés, les brocantes, les fêtes foraines, les rues commerçantes et tout endroit à forte fréquentation, qu’ils soient privés ou publics», explique la Première ministre Sophie Wilmès. «Ces lieux seront définis par les autorités locales. Les masques seront également obligatoires pour tous les bâtiments publics accessibles au public et de l’horeca sauf lorsque l’on est assis à une table», continue-t-elle. Dans tous les autres cas, le port du masque reste recommandé mais la Première ministre met en garde: cela est particulièrement important lorsqu’il y a du monde et que les distances de sécurité sont difficilement respectées. Elle invite aussi à ne pas oublier les autres règles de sécurité sanitaire.

Pour le reste, le gouvernement a décidé de ne laisser les night-shops ouverts que jusque 22h. Dans l’horeca, les clients devront donner leurs adresses mail et leurs numéros de téléphone de manière à ce qu’en cas de contamination, ces personnes puissent être prévenues à temps. Après 15 jours, ces données seront détruites. Ce samedi, un formulaire sera disponible sur le site du SPF Economie pour pouvoir encadrer cette nouvelle pratique. Enfin, pour éviter que des fêtes ne se transforment en de hauts-lieux de contamination, les contrôles seront renforcés.

Le rôle des bourgmestres soulignés et la possibilité de reconfinements locaux brandie

Au niveau local ensuite, la Première ministre a mis un point d’honneur à rappeler l’importance de l’action des bourgmestres. C’est ainsi qu’elle a annoncé qu’ils «bénéficieront d’une marge de manœuvre pour réagir rapidement s’il y a un rebond dans leur ville ou commune». Des mesures adaptées seront prévues en cas de survenue de foyers locaux. Sophie Wilmès note d’ailleurs que certains bourgmestres sont déjà intervenus à plusieurs endroits pour éviter une reprise de l’épidémie, sûrement en référence à des villes comme Anvers. «Dans certains cas, des reconfinements locaux pourraient être conseillés ou possibles», alerte la Première ministre.

Dans tous les cas, si un bourgmestre veut appliquer des mesures supplémentaires anti-Covid, il doit contacter les gouverneurs et les autorités régionales afin de veiller à ce que les mesures soient cohérentes dans l’ensemble du pays. Enfin, Sophie Wilmès rappelle que le bourgmestre devra s’occuper de la communication des mesures prises chez lui. Elle se montre néanmoins compréhensive quant à l’application des nouvelles règles sur l’utilisation obligatoire des masques à l’échelle locale. Elle affirme donc qu’il «est clair que les bourgmestres ont besoin de temps pour s’adapter» aux nouvelles mesures.

Les vacanciers mieux encadrés

Pour terminer, le CNS s’est prononcé sur deux points. D’une part, il n’a pas été décidé de réduire la taille de la bulle sociale de 15 à 10 personnes. Mais attention: pour empêcher que cela arrive un jour, il faut par la suite que toute la population se plie à cette règle sans y déroger. «Si tout le monde respecte cette règle, nous ne devrons pas toucher à nos bulles sociales auxquelles nous tenons tant», rappelle la Première ministre.

Enfin, concernant les vacances, le suivi des voyageurs sera renforcé avec des mesures sensiblement différentes en fonction de la couleur de la zone visitée. Pour les zones oranges, le voyageur sera invité à respecter une quarantaine une fois rentré en Belgique. Pour les zones rouges, cette quarantaine sera obligatoire, tout comme le fait de faire un test pour détecter la présence du Covid-19. Enfin, pour toutes les zones quelle que soit la couleur, même verte, le CNS a établi un formulaire de localisation pour les passagers qui reviennent et celui-ci devra être complété pour organiser un traçage si nécessaire (sans distinction sur le mode de transport pour le voyage). D’ici quelques jours, il y aura un effort d’automatisation et de numérisation pour améliorer ce suivi.

Plus de Actu