Belgique: la mort d'Akram à la suite d'une intervention policière suscite l'indignation

Un policier de dos. - BELGA IMAGE/THIERRY ROGE
Un policier de dos. - BELGA IMAGE/THIERRY ROGE
Teaser

Les internautes réclament justice pour Akram, un jeune Anderlechtois décédé dimanche à Anvers suite à une intervention policière. 

La scène rappelle inévitablement la mort de George Floyd, mais elle se passe en Belgique. Dimanche dernier, dans le quartier de la gare d'Anvers, Akram, un Bruxellois de 29 ans, est décédé suite à une intervention policière. Sur les images de son arrestation filmée par des témoins, on voit l'homme d'origine algérienne menotté et allongé ventre au sol, maintenu par deux policiers. Selon un client du café devant lequel s'est produit l'incident, l'agent s'est agenouillé sur son dos, une technique d'interpellation controversée, durant « au moins 10 minutes ». Emmené à l’hôpital dans un état critique, celui qui devait se marier très prochainement serait décédé plus tard dans la soirée.

« Mon fils n'est pas un cas unique. Ce n'est pas le premier, ni le dernier… », a déclaré la mère de la victime, en pleurs, à la télévision algérienne. Le décès de son fils survient peu de temps après la mort d'Adil, 19 ans, lors d’une course-poursuite avec la police ou celle de Mehdi, 17 ans, renversé par une voiture de police. Suite à la publication de la vidéo sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont exprimé leur colère, leur ras-le-bol et leur soutien à la famille d'Akram, avec le hashtag #JusticeforAkram. Des appels à un rassemblement pacifique ce mardi devant le siège de la police anversoise ont été lancés sur les réseaux sociaux. Malgré l'interdiction de manifester et la police présente en masse, quelque 300 personnes ont tenu à descendre dans la rue, réprimées et évacuées par les forces de l'ordre. La famille d'Akram, qui sera défendue par le célèbre avocat Sven Mary, a tout de même eu le temps de prendre la parole. « L'affaire est dans les mains de la justice. Je demande à l'Etat belge qu'il me donne la vérité. On n'est pas là pour créer des problèmes », a déclaré la mère.

Enquête en cours

Selon le porte-parole de la police anversoise Sven Lommaert, l'homme connu de la justice pour des faits de drogues et de vol se comportait de façon agressive dans un café. Ils ont constaté qu'il était blessé à la tête et semblait « sous l’influence » de substances illicites. Lorsque les secours sont arrivés, « une douzaine de minutes plus tard », Akram ne réagissait plus. Les ambulanciers l’ont réanimé et transporté dans un état critique à l’hôpital, où malgré une intervention, il est décédé entre 21h et 22h. La mère de la victime, à qui on a d'abord refusé l'accès aux soins intensifs, remet en doute la version de la police: « mon fils était déjà mort quand l'ambulance est arrivée ».

Une enquête a été ouverte sur les circonstances de l'arrestation et de la mort du jeune Algérien, a annoncé lundi le parquet d'Anvers. Une autopsie a déjà été effectuée, dont les premiers résultats révèlent la présence d'amphétamines. Cependant, la cause du décès reste encore inconnue.

Sur le même sujet

Plus de Actu