Infections Covid-19 en hausse: provinces et communes wallonnes prennent les devants

Le masque est obligatoire depuis ce dimanche sur la Batte à Liège. ©Belga
Le masque est obligatoire depuis ce dimanche sur la Batte à Liège. ©Belga
Teaser

Face à l’augmentation du nombre quotidien de nouveaux malades, des mesures locales plus strictes que celles imposées par le CNS sont déjà prises. Tour d’horizon.

En ce moment, toute l’Europe termine tout doucement son déconfinement. Prudemment parce que la peur d’un rebond de l’épidémie hante toujours les esprits. Barcelone, par exemple, est repassée à 800 nouvelles contaminations en une semaine et se reconfine doucement, invitant les habitants à rester chez eux, tandis que la France rend, comme chez nous, le port du masque impératif dans les commerces et tous les lieux publics clos.

En Belgique, le nombre de nouvelles infections est en hausse aussi. Entre le 9 et le 15 juillet, on a recensé 1.000 nouvelles infections. Cela correspond à une moyenne de 143 nouveaux malades chaque jour. Par rapport à la semaine d’avant, c’est une augmentation de 61%.

Face à ces chiffres, on comprend que de plus en plus d’initiatives locales, plus sévères que les mesures sanitaires fédérales ou complémentaires à celle-ci, voient le jour.

Un tracing anversois

La Flandre a dégainé son lot de mesures locales dès la semaine dernière. A Anvers, par exemple, où 145 personnes sont tombées malades en une semaine, la gouverneure de la province, Cathy Berckx, a lancé un système de tracing local. Il sera testé dans certains districts avant un déploiement plus généralisé. Le but étant de détecter plus rapidement les foyers anversois et pouvoir prévenir les potentiels infectés, en espérant être plus efficace que la Région flamande.  A Bruges et Gand, le masque est désormais obligatoire sur les marchés et le sera peut-être également bientôt dans les rues commerçantes.

Un masque pour aller au marché

En Wallonie, des initiatives du même genre commencent à voir le jour. Et ce sont également les marchés qui sont ciblés. Bien qu’en plein air et déjà réglementés, la concentration de citoyens dans un même espace pousse certaines communes à y rendre le port du masque obligatoire.

C’est Liège qui a été la première à imposer cette mesure lors de la fameuse Batte dominicale, déjà en vigueur dès ce dimanche . 19 juillet. Une règle qui a été respectée sans difficulté par les Liégeois et les autres, d’après la RTBF.

Charleroi a emboité le pas en obligeant les badauds à porter un masque lors du marché du centre-ville mais aussi pendant celui de Jumet. « La police sera présente sur ces deux marchés afin de contrôler le respect de cette mesure », précise la commune. « Cette mesure sera évaluée par les autorités communales en début de semaine. »

Ce renforcement des mesures sanitaires ne concerne d’ailleurs pas que les grandes villes de Wallonie. A Eghezée, au nord de la province de Namur, on ne peut pas aller faire ses courses au marché si on ne s’est pas couvert le visage. « Les chiffres d’infections au Covid-19 annoncés ces vendredi et samedi, nous obligent à analyser à nouveau les risques et adapter les mesures. Le port du masque sera désormais obligatoire sur le marché d’Eghezée », a annoncé le bourgmestre, Rudy Delhaise, sur Facebook.  « Nos agents communaux sont mobilisés pour assurer, comme depuis la réouverture, le bon déroulement du marché (gestion du périmètre, du sens de circulation, distribution de gel hydro-alcoolique,...). Ils empêcheront dorénavant ceux qui ne portent pas de masque de pénétrer dans le périmètre du marché et les inviteront à en porter un. »

Cette nouvelle mesure semble avoir de plus en plus d’adeptes, tant parmi les autorités que chez les citoyens. Elle pourrait bien se voir généraliser puisque ce dimanche se tient un Comité de Concertation. Il pourrait mener à un Conseil National de Sécurité à une date plus avancée ou à de nouvelles mesures. Pour rappel, c’est après un Comité de Concertation que le masque a été imposé dans les commerces.

 

Plus de Actu

Les plus lus