Les jeunes responsables de la recrudescence du coronavirus ?

Belga
Belga
Teaser

20% des nouvelles infections concernent les 20-29 ans. Soit deux fois plus que les plus de 70 ans.

Alors que les personnes âgées étaient les premières victimes du Covid 19 en ce début d'année, elles sont aujourd'hui deux fois moins touchées par le virus que les moins de 40 ans. La catégorie d'âge la plus touchée aujourd'hui concerne particulièrement les 20-29 ans qui représentent 20% des nouvelles infections.

Cela explique que le taux de mortalité continue de baisser. Mais il explique aussi en partie la recrudescence du virus en ce début d'été. « Les infections augmentent mais ce n’est pas le même public : on est davantage dans la tranche 20-40 ans », a expliqué le professeur Yves Van Laethem au Soir. La semaine du 5 au 12 juillet, cette augmentation était de 8% à raison d'une centaine de nouveaux cas par jour. Soit le niveau d'il y a un mois, au début du déconfinement. Une situation qui reste sous contrôle. Mais qui pourrait aussi s'emballer...

C'est le message qu'a voulu faire passer la Première ministre Sophie Wilmès lors de son point presse hier au sortir d'un CNS sans réelle prise de décision : « Les plus jeunes ont tendance à avoir plus de mal à respecter certaines règles, vu leur comportement festif. C’est humain, mais ce n’est pas pour cela que c’est raisonnable », a-t-elle asséné.

Rassemblements « super-contaminateurs »

Le risque de propagation du virus est ainsi décuplé par ce qu'elle appelle les « super-spreader events ». En bon français, les « événements super-contaminateurs », c'est-à-dire les grands rassemblements festifs aux abords des cafés et des places publiques comme il y a pu avoir sur la place Flagey à Bruxelles fin juin. Lors de ce genre d'événements, le virus est susceptible de se propager et d'infecter plusieurs dizaines de personnes d’un seul coup. C'est la raison pour laquelle discothèques et clubs techno restent fermés. D'autant qu' « il est également très difficile de tracer le public s’il s’avère qu’une personne y était contaminée » a continué la Première ministre.

« Ces secteurs ne pourront reprendre que lorsque la situation sanitaire sera réellement stabilisée, a-t-elle dit, prenant bien soin d'ajouter, sous forme d'avertissement: Et si cela est interdit, ce n’est pas pour autoriser les apéros bondés dans les bars ou les fêtes improvisées. Les établissements qui enfreignent les règles pourront être fermés ».

La plupart des jeunes sont des porteurs asymptomatiques. Ce qui fait qu'il est difficile de tracer le virus (99% des tests de dépistage faits la première semaine de juillet sont ressortis négatifs). La crainte, aujourd'hui, est que le virus ne se propage de nouveau de manière incontrôlée – notamment dans les maisons de repos qui viennent de rouvrir. Par ailleurs, la Première ministre a rappelé que « les jeunes adultes ne sont pas non plus épargnés » par le virus. Une jeune femme de 18 ans est en effet décédé cette semaine. Souffrant d'autres problèmes de santé, elle a été sévèrement affaiblie par le Covid 19.

Plus de Actu