Fini les prix élevés au supermarché? Pas tout à fait…

@BelgaImage
@BelgaImage
Teaser

La croissance des prix dans la grande distribution s’est largement tassée ces derniers jours. Pour autant, en fonction de l’enseigne, le bilan reste encore assez mitigé sur le ticket de caisse.

Cette fois-ci, la tempête des prix semble bien terminée. Fini les supermarchés qui s’autorisent des hausses records sur certains produits, et les chiffres le confirment. Comme le révèle La Libre, la croissance des prix dans la grande distribution a fait une chute libre, passant de niveaux allant de + 30-40% à + 3% ces derniers jours par rapport à l’année passée. C’est la statistique la plus basse depuis le début de la crise en mars. Plusieurs éléments concourent à ce changement rapide, mais quant à savoir si cela revient à payer moins qu’avant, cette bonne nouvelle doit être tempérée.

L’inflation à la caisse, c’est du passé!

Évidemment, le déconfinement n’est pas étranger à cette baisse spectaculaire de la croissance des prix. Parmi les facteurs les plus déterminants, il y en a notamment deux qui ont joué. D’une part, la concurrence entre magasins est plus forte que pendant le confinement et d’un autre côté, le retour de l’horeca empêche la grande distribution de ronronner. Les Belges retrouvent leurs terrasses adorées et, mathématiquement, vont moins en supermarché. Tout cela encourage les enseignes à remettre les promotions sur le devant de la scène, alors qu’elles avaient été abandonnées au summum de la crise sanitaire.

Enfin, des critères plus subtils ont encouragé cette baisse de la croissance, comme l’explique Johan Vrancken, directeur général de Nielsen Benelux Connect, à La Libre: «La semaine écoulée n’a guère été impactée par les facteurs externes qui influencent traditionnellement les ventes de produits de grande consommation comme la météo ou les jours fériés. Les températures ont été assez similaires à celles de l’année dernière et aucun jour férié n’a affecté les ventes cette semaine».

Logiques divergentes entre supermarchés

Avec ces bonnes nouvelles, il paraîtrait logique d’espérer une baisse des prix concrète en caisse. Pourtant, ce n’est pas toujours le cas, comme le révèlent les statistiques de Test-Achats sur le prix du panier de produits avec promotions. Il y a des bons et des mauvais élèves en la matière. Pour les premiers, c’est Delhaize qui se distingue. Les prix ont même baissé par rapport à la situation pré-crise, à hauteur de -1,5%. L’enseigne au Lion se veut ainsi cohérente par rapport à ses déclarations où elle met l’accent sur le soutien au pouvoir d’achat.

Carrefour s’était elle aussi distinguée début juin avec une baisse brutale de 5% de ses prix mais cette opération coup de poing doit être largement nuancée. Déjà le mois passé, ce changement concernait surtout ses magasins Hyper, moins les autres. Mais surtout, il faut noter que le 22 juin Carrefour a rebroussé chemin. En un jour, les prix ont réaugmenté de 3% et sont depuis restés stables.

Pour les autres, la situation reste assez similaire à ce qu’elle était auparavant. Ces derniers jours, Test-Achats a même constaté une petite hausse chez Cora. Colruyt a certes fait des efforts depuis début mai mais, les prix restent quand même 4,5% plus hauts comparés à début mars, soit l’augmentation la plus élevée aujourd’hui parmi les supermarchés. Une note positive pour terminer: Intermarché. L’enseigne des Mousquetaires s’est distinguée par sa stabilité tout au long de la crise, surtout comparé à d’autres. Ce 2 juillet, Test-Achats note même que les produits avec promotion d’Intermarché sont 0,5% moins chers qu’avant-crise.

Sur le même sujet

Plus de Actu

Les plus lus