Monos : de la guerre

Monos
Monos
Teaser

Un chef d’œuvre colombien lyrique et brutal au cœur de la jungle pour la réouverture des salles.

Les « monos » (singes en espagnols), ce sont eux, huit adolescents-soldats recrutés par une « Organisation » rebelle au cœur de la jungle colombienne, chargés de maintenir captive une otage américaine (Julianne Nicholson). Inspiré par les forces armées révolutionnaires colombiennes (Farc) en conflit avec le gouvernement colombien depuis les années 60, le jeune cinéaste Alejandro Landes dépasse la dimension politique de son sujet pour livrer un grand film existentiel sur l’état de guerre, à la fois dans le monde et à l’intérieur de chacun.

Attentif aux ciels, capturant la luxuriance de la nature et la frénésie des corps, Landes filme ce groupe humain réduit à une organisation archaïque, où des jeunes guerriers aux noms fictifs (Loup, Chien, Lady, Rambo) survivent en dehors des lois humaines mais échouent à recréer une civilisation. Immergé dans leurs rituels sensoriels quasi-mythologiques (l’expérience des champignons hallucinogènes, la pulsion amoureuse ou le sacrifice d’une vache) et dans les tentatives d’évasion de l’otage américaine, le spectateur passe par toutes les étapes de ce qui fait une civilisation, du chaos initial jusqu’à la cascade finale dans les eaux amazoniennes recrachant ses enfants perdus. Une œuvre ambitieuse et fiévreuse héritière de Terrence Malick, Claire Denis ou Francis Ford Coppola, totalement authentique, à voir absolument sur grand écran (Quai 10 à Charleroi, Grignoux à Liège, Galeries et Kinograph à Bruxelles, Cameo à Namur).

Film de guerre
JJJ Monos
Réalisé par Alejandro Landes
Avec Julianne Nicholson, Moises Arias, Sofia Buenaventura – 103’

 

Plus de Aucun nom